/sports/others
Navigation

Badminton: Chantal Jobin à la tête du Rouge et Or

Chantal Jobin
Photo Facebook, Rouge et Or Chantal Jobin

Coup d'oeil sur cet article

Chantal Jobin est la nouvelle entraîneuse-chef du programme de badminton du Rouge et Or de l’Université Laval.

La nouvelle a été confirmée hier après un processus d’embauche qui s’est étiré sur près de deux mois. De retour à Québec depuis un peu plus d’un an après avoir passé 35 ans dans l’Ouest canadien, où elle a évolué au sein du programme national à Calgary et travaillé par la suite comme entraîneuse en Colombie-Britannique, Jobin succède à Étienne Couture, qui a remis sa démission après avoir tenu les rênes du Rouge et Or pendant 14 ans.

«Je suis très honorée et c’est quasiment pas explicable, a confié celle qui a dirigé le programme sport-études l’an dernier à son retour à Québec. C’est un rêve qui se réalise. Ça va plus vite que prévu parce que ça allait bien avec Étienne et je ne pensais pas qu’il allait quitter. Le processus a été long et ce fut difficile d’attendre ce qui allait se produire. J’ai une bonne pensée pour les autres candidats.»

Trois facteurs

Jobin croit que trois facteurs ont joué en sa faveur. «Mon expérience comme joueuse sur la scène internationale est un facteur qui était difficile à contrer, a expliqué celle qui a atteint le 14e rang mondial en double et la 51e position en simple au sommet de sa carrière. J’ai aussi eu beaucoup, beaucoup de succès comme entraîneuse à Douglas College [Colombie-Britannique], où nous avons remporté dix titres nationaux. J’ai aussi eu beaucoup de succès avec le programme sport-études. Nos jeunes ont atteint les finales provinciales chez les U-15, U-17 et U-19 même s’ils étaient loin au classement en début de saison. Ce fut un travail d’équipe.»

«Ces jeunes ont un cœur de lion et une excellente attitude, de poursuivre Jobin. Je vais garder un œil bienveillant sur le sport-études parce que je suis attachée. Quant aux joueurs de l’équipe universitaire, j’ai travaillé avec eux un peu l’an dernier et j’ai identifié des aspects à travailler.»

Jobin tentera de jumeler les styles de l’ouest et de l’est du pays. «Au Québec, les joueurs sont très forts techniquement. Dans l’Ouest, le volume est très élevé et l’entraînement très intense. Je veux marier les deux mondes.» 

Pensée pour Jean-Claude Laprise

Quand elle a reçu la bonne nouvelle, Jobin a eu une bonne pensée pour Jean-Claude Laprise. Figure de proue du badminton dans la région de Québec pendant de nombreuses années, Laprise avait initié Jobin au badminton alors qu’elle étudiait à la polyvalente La Camaradière. 

«Il a tellement fait pour le badminton à Québec. Je pense souvent à lui parce que c’est grâce à lui si j’ai joué au badminton. Comme lui, je crois beaucoup aux répétitions afin de développer les automatismes et j’ai conservé certains de ses trucs pour le jeu au filet, facette dans laquelle il était très bon. Comme lui, j’essaie d’être créative.»