/entertainment/movies
Navigation

Décès d’Yves Lever, le biographe de Claude Jutra

Décès d’Yves Lever, le biographe de Claude Jutra
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – L’auteur et professeur Yves Lever, qui avait levé le voile sur les penchants pédophiles de Claude Jutra dans une biographie du cinéaste publiée en 2016, est décédé mardi, a annoncé sa sœur Noëlla, mercredi. 

Il était âgé de 78 ans.

«C’est avec une immense peine que je vous annonce le décès de mon frère Yves dans la soirée d’hier. Lui qui respirait la santé et la meilleure forme physique, son cœur a décidé de terminer son voyage», a écrit madame Lever sur Facebook.

Natif de Marsoui, en Gaspésie, Yves Lever était reconnu comme un spécialiste et critique émérite du cinéma québécois. Il a publié quantité d’ouvrages sur le sujet, dont «Cinéma et société québécoise», «Histoire générale du cinéma au Québec», «Les 100 films québécois qu’il faut voir», «Dictionnaire de la censure au Québec : littérature et cinéma» et «J.A DeSève, diffuseur d’images».

Il a de surcroît enseigné sa discipline de prédilection dans plusieurs institutions de Montréal et Québec, dont le Cégep Ahuntsic, le Collège Brébeuf, l’Université de Montréal, l’Université Laval, ainsi qu’à Winnipeg.

Claude Jutra

Bien que son legs à la culture québécoise soit important, c’est surtout sa biographie de Claude Jutra, lancée en 2016 aux Éditions du Boréal, qui a fait connaître son nom au grand public. Yves Lever y larguait une petite bombe, en affirmant que Jutra avait jadis entretenu des relations intimes avec de jeunes garçons, adolescents ou préadolescents.

Même si elles n’occupaient que quelques lignes de son bouquin sur le célèbre réalisateur, les révélations de Lever sur Jutra ont entraîné un véritable tollé. Des victimes se sont alors manifestées. Des lieux publics jusque-là nommés en mémoire de Claude Jutra ont été rebaptisés dans la foulée, et le gala consacré au septième art québécois, jusque-là appelé Gala des Jutra, a lui aussi changé d’appellation. L’événement s’intitule maintenant Gala Québec Cinéma, et on y remet des trophées Iris.