/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Québec consulte la population sur le déploiement d’une application de traçage

Le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire
Photo d'archives Simon Clark Le ministre délégué à la Transformation numérique, Éric Caire

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec veut entendre l’avis de la population sur le possible déploiement d’une application de traçage des cas de COVID-19 en vue d’une deuxième vague de contamination.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Le port du masque obligatoire «très sérieusement» envisagé

Le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, a annoncé mercredi le début immédiat d’une consultation en ligne qui se tiendra jusqu’au 2 août prochain.

«On s’attend à ce qu’il y ait une deuxième vague et nous sommes à nous préparer à cette deuxième vague. Dans ce contexte, toutes les options pour lutter contre une résurgence de cette pandémie doivent faire partie de la réflexion», a-t-il indiqué.   

  • ÉCOUTEZ l'entrevue du ministre Éric Caire avec Vincent Dessureault à QUB radio :   

Éric Caire n’a toutefois pas voulu chiffrer le taux de réponse qui justifierait, aux yeux du gouvernement du Québec, le déploiement d’une telle application. Celle-ci permettrait aux Québécois abonnés d’être informés par leur téléphone s’ils se sont trouvés à proximité d’une personne atteinte de la COVID-19.

Cette consultation doit permettre, avant tout, de connaître le taux d’adhésion de la population à un tel projet, a-t-il fait valoir.

«Ça peut être un outil qui est utile si, et seulement si, les gens le téléchargent. Si les gens ne le téléchargent pas, c’est inutile», a ajouté le ministre Caire.

En France, à peine 2% de la population aurait téléchargé l’application de traçage mise en place, ce qui la rend peu utile, a-t-il donné en exemple.

Quoi qu’il en soit, l’application que déploierait Québec n’utiliserait pas la géolocalisation, ne stockerait pas de données et n’utiliserait pas de paramètres biométriques, soit les caractéristiques qui permettent d’identifier un individu, a martelé le ministre.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Compte tenu des délais serrés pour la mise en place d’une application d’ici l’automne prochain, le gouvernement opterait pour une technologie déjà existante.

Autrement, développer une application «made in Quebec» prendrait entre 18 à 24 mois, sans compter les délais requis par les autorités gouvernementales pour tester sa fiabilité et sa sécurité, a expliqué Éric Caire.

Pour participer à la consultation lancée par le gouvernement, vous pouvez vous rendre à l’adresse consultation.quebec.ca.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com