/news/society
Navigation

Aéroport de Québec: le tiers des travailleurs sont licenciés de manière permanente

Aéroport de Québec: le tiers des travailleurs sont licenciés de manière permanente
Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

En raison des impacts de la COVID-19 et pour atténuer la pression sur ses finances, l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec (YQB) met à pied de façon permanente le tiers de ses employés, soit 46 travailleurs.

Cette mauvaise nouvelle est tombée quelques jours après le dévoilement des résultats financiers de l’établissement pour 2019. Lors de cette conférence de presse, la direction avait également fait le point sur sa situation financière et ses prévisions pour la prochaine année.

Pour 2020, la direction de YQB envisage déjà un déficit de «plusieurs millions de dollars». Par ailleurs, elle ne prévoit pas de retour à la normale en ce qui concerne l’achalandage avant 2023 ou 2024.

«Dans le but de limiter nos pertes financières cumulatives, nous avons dû prendre la décision difficile, mais inévitable d’apporter des ajustements permanents à notre structure organisationnelle», a confirmé au Journal la porte-parole, Laurianne Lapierre, précisant le nombre de postes abolis.

Cette restructuration s’inscrit dans «la nouvelle réalité opérationnelle» de YQB et en prévision de «la reprise du trafic aérien à moyen et long terme», poursuit-elle. Entre mars et mai, les pertes financières de YBQ ont été de 10,7 millions $.

En mars, l’administration avait mis à pied temporairement une quarantaine de travailleurs alors que le nombre de liaisons avait considérablement chuté. Depuis, la haute direction a aussi revu ses salaires à la baisse de 20 %.

Au cours des dernières semaines, le transporteur Air Transat a annoncé mettre sur pause ses vols à Québec, et Sunwing n’a toujours pas d’échéancier pour la reprise de ses activités.