/entertainment/movies
Navigation

[PHOTOS] Une première post-COVID pour le film québécois «Suspect Numéro Un»

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Signe que le déconfinement culturel avance, un premier tapis rouge post-pandémie s’est déroulé, mercredi soir, au cinéma du Musée à Montréal pour célébrer la sortie du film québécois Suspect numéro un.

Dès l’arrivée devant le cinéma, la procédure était inhabituelle. Avant d’ouvrir la porte, un préposé posait les questions habituelles à savoir si on avait des symptômes ou rencontré quelqu’un atteint du virus. Une fois dans le hall, chacun était invité à se laver les mains et à respecter les règles de distanciation. Le port du masque était aussi obligatoire dans les espaces communs, mais à la discrétion de chacun durant le film. Pas question toutefois de s’asseoir n’importe où, chacun avait une place assignée à l’entrée dans la salle.

Malgré tout, une joyeuse ambiance régnait dans le cinéma, les invités étant visiblement ravis de renouer avec un semblant de vie normale. Et, une fois la salle plongée dans le noir, la magie du cinéma était de retour.

Dominick Gravel/Agence QMI

«C’est un peu de la science-fiction quand on arrive, car tout le monde a des masques. Il faut lancer le message au public de ne pas avoir peur et de venir encourager notre culture et notre cinéma. Je trouvais justement important d’être présente ce soir pour encourager le cinéma québécois.» - Mariloup Wolfe.

Dominick Gravel/Agence QMI

«C’est une nouvelle façon de faire pour nous tous. J’espère apporter un peu de divertissement dans la vie des gens qui en ont besoin avec ce film. Pour ceux qui sont tannés d’être chez eux depuis des mois, ils peuvent maintenant s’offrir le plaisir d’aller dans une salle de cinéma pour se faire raconter une histoire pendant un peu plus de deux heures, et c’est probablement plus sécuritaire que d’aller à l’épicerie, car on est en contact avec moins de choses et moins de gens.» - Antoine Olivier Pilon, qui joue le rôle principal.

Dominick Gravel/Agence QMI

«Je suis très contente de retourner dans une salle de cinéma et de retrouver le plaisir de partager des films avec le public. On a tous regardé beaucoup de films et de séries dans les trois derniers mois, mais il y a une magie qui s’opère quand on se retrouve dans un cinéma. J’ai hâte de voir le film dans la salle, ce soir, avec mon père.» - Rose-Marie Perreault, actrice dans le film.

Dominick Gravel/Agence QMI

«J’ai fini le film, il y deux ans, et on devait le sortir en avril. Ça fait quand même treize ans que je travaille sur ce film, et ça me fait donc plaisir de le sortir maintenant. Je me dis que les salles de cinéma ouvrent et elles ont besoin de matériel intéressant à présenter au public.» - Daniel Roby, réalisateur du film.

Dominick Gravel/Agence QMI

«Je suis heureux. Pour moi, le cinéma est le cadre idéal pour expérimenter les visions créées par les artistes d’ici et d’ailleurs. La réouverture des salles est à célébrer selon moi.» - Antoine Desrochers.

Dominick Gravel/Agence QMI

«C’est rassurant de voir que ça continue, que c’est possible de le faire et que les gens font de gros efforts pour que ce soit possible. Je suis très content.» - Frédéric Millaire-Zouvi, comédien du film.

Dominick Gravel/Agence QMI

«C’est vraiment beaucoup d’excitation et de nervosité. J’étais aussi curieuse de voir les procédures mises en place. Mais ça fait tellement de bien d’avoir un événement à mon agenda, j’y ai pensé toute la semaine.» - Sophie Nélisse.

Dominick Gravel/Agence QMI

«C’est la nouvelle réalité pour un certain temps, mais je trouve ça dommage pour Daniel Roby. Il a travaillé tellement fort pour ce film, et la Covid arrive maintenant.» - Frank Schorpion, acteur dans le film.