/news/provincial
Navigation

Le tracé du tramway pourrait être réduit, admet le bureau de projet

La carte des expropriations sera bel et bien rendue publique, a tranché le BAPE

Daniel Genest, directeur du Bureau de projet, a admis jeudi que le tracé du tramway pourrait être amputé.
Photo courtoisie, Ville de Québec Daniel Genest, directeur du Bureau de projet, a admis jeudi que le tracé du tramway pourrait être amputé.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la toute première fois, le bureau de projet du réseau structurant a ouvert la porte, jeudi, à une possible réduction du tracé de 22 km du tramway de Québec. L’ouverture des soumissions, prévue à l’été 2021, pourrait causer de mauvaises « surprises », a-t-on expliqué.

• À lire aussi: Tramway: la carte des expropriations sera rendue publique par le BAPE

• À lire aussi: Tramway: contrat de 1,9 M$ pour planifier le réaménagement de Dorchester et Laurentienne

C’est l’aveu singulier fait par Daniel Genest, directeur du Bureau de projet, jeudi après-midi lors de la quatrième journée des travaux du BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) sur le tramway.

« On pourrait se retrouver à l’été 2021 à devoir jouer dans la portée. Donc, nécessairement, potentiellement raccourcir le tracé. C’est quelque chose qui pourrait se passer à ce moment-là. C’est un scénario hypothétique », a-t-il mentionné.

Au moment de l’ouverture des enveloppes contenant les prix des soumissions, la Ville pourrait donc se retrouver dans un scénario « favorable ou défavorable ». 

« Le retour du marché »

« On va recevoir un dépôt de propositions techniques et financières à l’été 2021. À ce moment-là, on va voir le prix que les soumissionnaires offrent pour livrer le projet [...] Le prix est défini essentiellement par le retour qu’on aura du marché à l’été 2021 ».

Comme la Ville de Québec « ne veut pas compromettre la qualité du projet » et qu’elle a déjà coupé dans d’autres composantes du réseau structurant (comme le trambus), la seule option serait d’amputer « la portée » du tramway, a ajouté M. Genest. 

Ce dernier répondait aux inquiétudes de Sarah V. Doyon, directrice de Trajectoire Québec. « On a été préoccupés la semaine dernière en voyant les modifications au projet. Est-ce qu’il y a un risque d’abandonner d’autres éléments [que le trambus] s’il y a d’autres dépassements de coûts ? Est-ce qu’on risque de revoir la longueur du tracé du tramway si les coûts sont plus élevés que prévu ? », avait-elle demandé. 

Actuellement, le tracé du tramway doit faire 22 km et se rendre du terminus Le Gendre, à Cap-Rouge, jusqu’au terminus de Charlesbourg.

La COVID-19, « un élément favorable »

Dans un ordre d’idées connexe, Daniel Genest a signalé que « la COVID-19 est un élément favorable à la Ville de Québec », puisque le taux d’inflation est bas et que les prix des projets « ont tendance à baisser ».

« C’est positif pour les coûts du projet, a-t-il assuré. Il y a un grand intérêt à la Ville de Québec de lancer le processus d’appels de propositions dès la fin de l’été ou le début de l’automne pour profiter, entre autres, du contexte favorable du marché. »

D’autre part, et malgré la demande de confidentialité faite initialement par la Municipalité, le BAPE dévoilera, le 16 juillet, la cartographie des expropriations qui seront réalisées en lien avec le projet de tramway.

« La commission d’enquête conclut que l’intérêt du public à prendre connaissance de la cartographie prime sur le préjudice que sa publication pourrait causer à la Ville de Québec, le cas échéant », a annoncé la présidente de la commission d’enquête, Corinne Gendron. 

La cartographie détaillera « tous les lots touchés par le projet, en identifiant parmi eux ceux [qui doivent] faire l’objet d’expropriation totale ou partielle ou de servitudes », explique-t-on. 

Le BAPE doit également se prononcer au sujet d’une autre demande de confidentialité ayant trait au dossier d’affaires.

La Municipalité dit craindre la publication d’informations trop détaillées qui pourraient nuire au processus d’appel d’offres et entraîner une envolée des prix des soumissions.