/news/coronavirus
Navigation

Les masques artisanaux bloquent les gouttelettes

Des études démontrent l’efficacité des couvre-visages

Coup d'oeil sur cet article

Les masques ne sont pas égaux lorsqu’il est question de protéger le porteur contre la COVID-19, mais tous, même le couvre-visage artisanal le plus simple, empêcheraient au moins en partie votre toux d’atterrir sur votre voisin.

Confiné chez lui, Matthew Staymates, un ingénieur dans un institut de recherche fédéral américain, a testé 26 couvre-visages différents conçus avec des matériaux communs comme la flanelle, le coton ou le polyester. À l’aide d’un équipement sophistiqué de visualisation des flux d’air emprunté à son travail, il s’est filmé en train de tousser dans chacun d’eux.

Il a démontré que tous bloquaient une partie du nuage d’air expiré pouvant potentiellement transporter des gouttelettes infectées. Toutefois, l’expérience ne mesurait pas les particules virales à proprement parler.

«Même les couvre-visages les plus simples [...] empêchent une grande partie de votre toux d’atterrir sur quelqu’un d’autre», affirme M. Staymates sur son blogue, où l’on peut voir en vidéo ses résultats.

C’est pourquoi tout le monde devrait porter un masque ou un couvre-visage en public, surtout à proximité des autres, insiste-t-il, tout en notant qu’un bon couvre-visage est bien ajusté, respirant, qu’il couvre la bouche et le nez, et qu’il est fait de quelques couches d’un tissu aux mailles serrées.

Dans une autre étude parue dans le Journal of Hospital Infection, des scientifiques de l’Université de l’Arizona ont utilisé un modèle mathématique pour prédire la protection offerte par plusieurs types de masques, mais cette fois à celui qui porte le masque.

Sans surprise, les masques professionnels comme le N95 et son cousin encore plus performant, le N99, sont les plus sûrs, mais certaines solutions artisanales procurent une défense étonnamment acceptable.

Filtres d’aspirateur

Les filtres d’aspirateur, que l’on peut insérer dans les poches de certains masques en tissu, réduiraient le risque d’être infecté de 83 % si l’on est exposé au coronavirus dans un environnement contaminé pendant 30 secondes. La diminution serait de 58 % pour une exposition de 20 minutes.

Les couvre-visages faits d’un foulard, eux, diminueraient le risque d’infection d’environ 44 % après 30 secondes d’exposition et de 24 % après 20 minutes, tandis que les t-shirts en coton ne seraient que légèrement plus efficaces que de ne rien porter du tout.

- Avec la collaboration de l’Agence QMI