/investigations/truth
Navigation

Des patients positifs après avoir été déclarés négatifs

CLSC de Montréal-Nord
Photo d'archives, Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


Les chiffres de la semaine : 4654

C’est le nombre de personnes au Québec qui ont reçu un résultat de test positif au coronavirus, après avoir obtenu un premier diagnostic qui était pourtant négatif.

Cette information, qui date du 2 juin, est tirée d’un avis intérimaire de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) sur la prise en charge des personnes d’abord considérées guéries, mais qui étaient, en réalité, toujours porteuses du virus.  

Selon la publication, plusieurs facteurs pourraient expliquer ces faux négatifs, notamment une charge virale trop faible pour être détectée lors du premier test ou une mauvaise conservation de l’échantillon avant son analyse.

L’INSPQ rappelle que pour le moment, aucune autorité de santé publique n’a déterminé « la durée d’un épisode infectieux » de la COVID-19. Il n’est à ce jour pas possible de savoir combien de temps après avoir été infecté un second test positif pourrait représenter une nouvelle infection.

Par exemple, des personnes testées ont eu un résultat positif jusqu’à 82 jours après la disparition des premiers symptômes, selon une étude menée par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies de la Corée du Sud. Ces gens n’ont contaminé personne d’autre pendant la période où elles ont été trouvées de nouveau positives.  

Les chiffres de la semaine : 9130$ 

C’est le montant moyen que devra assumer chaque Canadien, y compris les bébés et les enfants, pour rembourser le déficit fédéral causé en grande partie par la COVID-19. Le ministre des Finances, Bill Morneau, a présenté une mise à jour économique mercredi, dévoilant un déficit historique de 343,2 milliards $, ce qui portera la dette fédérale à 1200 milliards $ d’ici mars 2021.

Ce montant de 9130 $ ne comprend pas les intérêts associés à cette nouvelle dette ni le fait que la population augmentera dans les prochaines années. Pour mettre les choses en perspective, un Canadien moyen a payé 7681 $ en impôts au fédéral en 2017, selon des données extraites de Statistique Canada. Il lui faudrait donc l’équivalent d’un peu plus d’un an pour rembourser le déficit de cette année, en plus des impôts payés habituellement.

– Marie Christine Trottier