/investigations/health
Navigation

Le monde en déconfinement: le Québec peu sévère pour les masques

Le monde en déconfinement: le Québec peu sévère pour les masques
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Dès lundi, le port du masque sera obligatoire dans tous les transports en commun au Québec. Mais la Ville de Montréal a déjà annoncé qu’elle ira plus loin en l’imposant également dans tous les lieux publics fermés à compter du 27 juillet.

• À lire aussi - Mercier: masque obligatoire à Mercier dès le 15 juillet

• À lire aussi - Les masques artisanaux bloquent les gouttelettes

Une décision qui risque fort de s’étendre à tout le Québec, puisque le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, l’évoque ouvertement. Des mesures draconiennes ? Pas vraiment. Lorsqu’on se compare à de nombreux autres pays, on constate que les autorités québécoises ont beaucoup attendu avant d’imposer le port du masque. 

Notre Bureau d’enquête vous présente un portrait des directives qui encadrent le port d’un couvre-visage à travers le monde. 

Port obligatoire dans tout le pays  

Afrique du Sud

Les Sud-Africains doivent mettre un masque depuis début mai lorsqu’ils sont dans un endroit public. Les gens qui ne s’y conforment pas ne peuvent pas utiliser le transport en commun ou entrer dans un édifice public. Les magasins peuvent aussi refuser de laisser entrer un client qui refuse d’en porter un.  


Chili

La population chilienne est obligée de porter le masque dans les endroits fermés où circulent plus de 10 personnes depuis le 17 avril. Il est obligatoire dans le transport en commun partout au pays depuis le 6 avril. Des amendes allant jusqu’à plus de 4000 $ peuvent être données aux contrevenants.  


Espagne

L’Espagne a instauré le port du masque obligatoire le 21 mai pour l’ensemble de ses citoyens de 6 ans et plus. Les Espagnols doivent le porter lorsqu’ils sont en public et que la distance de deux mètres ne peut pas être respectée. Des amendes de plus de 150 $ peuvent être données aux personnes qui n’ont pas de couvre-visage sur la voie publique ou dans les lieux fermés.  


Italie

Partout en Italie, le masque est obligatoire dans les commerces, les transports en commun et les restaurants, lorsque les clients ne sont pas assis à table. Certaines régions, comme la Lombardie, où la COVID-19 a frappé particulièrement fort, obligent à porter le masque dès que l’on sort de chez soi.  


Maroc

Depuis le 7 avril, tous ceux qui sortent en public doivent avoir un masque. Ceux qui ne respectent pas cette règle peuvent faire jusqu’à trois mois de prison ou payer une amende équivalente à 180 $. Certaines rames de tramways ont été ornées de masques géants dans le cadre de campagnes de sensibilisation. 


Turquie

Le couvre-visage est obligatoire dans les transports en commun, dans les supermarchés, les salons de coiffure et les endroits achalandés comme les marchés publics. De plus, dans la plupart des grandes villes, le port du masque à l’extérieur de la maison est carrément obligatoire. Des amendes équivalentes à 175 $ peuvent être données si les gens ne respectent pas les consignes.

Port obligatoire dans certaines villes ou provinces  

Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel a recommandé le port du masque dans les transports en commun et les commerces lorsqu’elle a annoncé les mesures de déconfinement à la mi-avril. Toutefois, les directives varient d’un État à l’autre. À Berlin par exemple, c’est obligatoire, mais aucune amende n’est donnée. Tandis qu’en Bavière, tous les citoyens qui ne suivent pas les directives s’exposent à des amendes allant de 230 $ à 7000 $ pour certains travailleurs. 


Canada

L’Agence de la santé publique du Canada recommande le port du masque dans les lieux publics où la distanciation physique est difficile. Il n’existe pas d’obligation à l’échelle du pays, sauf pour Transports Canada qui oblige tous les passagers d’un vol commercial à être masqués.  

Le gouvernement Legault a récemment annoncé que le couvre-visage sera obligatoire dans les transports en commun partout au Québec dès lundi. 

Depuis mardi, à Toronto, l’utilisation du masque est obligatoire dans les lieux publics intérieurs.  

À Montréal, la mairesse Valérie Plante a annoncé que dès le 27 juillet, le masque sera obligatoire dans tous les lieux publics fermés. La Ville de Côte-Saint-Luc, sur l’île de Montréal, avait déjà rendu obligatoire le port du masque dans les commerces depuis le 1er juillet. 


États-Unis

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommandent depuis la fin avril le port du masque en public lorsque la distanciation physique n’est pas possible. Ce n’est toutefois pas une obligation. Certains États, comme le Texas, ont récemment imposé le couvre-visage en public, devant la hausse fulgurante de nouveaux cas de COVID-19.    


Inde

Certains États indiens ont rendu obligatoire le port du masque en public, que ce soit dans les commerces, les transports en commun ou les lieux de travail. Dans quelques États, les contrevenants peuvent avoir des amendes très salées allant jusqu’à 180 $ ou même aller en prison. 


Mexique

Plusieurs villes ont imposé le port du masque, mais il n’existe pas de consigne pour tout le pays. Les citoyens de la mégapole de Mexico sont sommés d’en porter un, toutefois aucune amende n’est prévue pour ceux qui ne suivent pas les consignes. Dans d’autres États, comme à Toluca, c’est plus sévère. On impose des amendes allant jusqu’à 150 $ et les contrevenants peuvent aller en prison durant 23 heures.   


Royaume-Uni

Depuis le 15 juin, les habitants de l’Angleterre doivent porter un masque lorsqu’ils utilisent les transports en commun. Les voyageurs pourront se voir refuser l’accès à leur moyen de transport s’ils refusent d’en porter un ou devront payer des amendes allant jusqu’à plus de 150 $.  

L’Écosse, pour sa part, va un peu plus loin : depuis vendredi, les habitants devront non seulement porter obligatoirement le masque dans les transports publics, mais aussi dans tous les commerces.   


Russie

Depuis le 12 mai, les citoyens de Moscou sont obligés d’avoir un masque et des gants en public. Cela comprend les transports en commun, les commerces et les bureaux. Cette mesure a été mise en place dès le début du déconfinement, annoncé à l’échelle nationale par le président Vladimir Poutine. La règle du masque ne s’applique toutefois que dans quelques villes.

Port obligatoire dans certains lieux publics  

France

Depuis le 11 mai, le masque est obligatoire dans les transports en commun pour tous les usagers de 11 ans et plus. Des amendes de 200 $ sont distribuées aux contrevenants. 

Le couvre-visage est conseillé dans la rue et dans les commerces, il n’est toutefois pas obligatoire.

Le port du masque est seulement suggéré  

Australie

Les autorités australiennes ne recommandent pas le port du masque si les gens ne se sentent pas malades, puisque le taux de transmission communautaire de la COVID-19 demeure bas. Toutefois, quelques villes australiennes ont vu des éclosions dans les derniers jours, relançant le débat sur le couvre-visage dans certains lieux publics.


Brésil

Le président Jair Bolsonaro a été déclaré positif à la COVID-19 tout juste après avoir assoupli son décret pour le port du masque. Après avoir supprimé des articles de loi qui rendaient obligatoire l’utilisation du couvre-visage dans les commerces, les usines et les lieux de culte, il a utilisé son droit de veto cette semaine pour supprimer l’obligation de porter le masque dans les prisons brésiliennes.  


Chine

Après avoir rendu le masque obligatoire en public dans certaines villes comme Shanghai et Pékin, les mesures ont été assouplies. Le couvre-visage est encore fortement encouragé, particulièrement pour les personnes à risque de complications de la COVID-19, comme les personnes âgées. 


Japon

Le port du masque est répandu dans la société japonaise sans que le gouvernement ait à le rendre obligatoire. Au début d’avril, les autorités ont annoncé qu’elles donneraient deux masques réutilisables par foyer, mais cette mesure a été critiquée. 

Aucune recommandation concernant le port du masque  

Suède

Le pays, reconnu pour ses mesures de confinement très légères, n’a toujours pas donné de consignes sur le port du masque. En mai, Johan Carlson, de l’Agence suédoise de santé publique, déclarait que « les masques faciaux dans les espaces publics n’offrent pas une plus grande protection à la population ».  

Un moyen efficace pour réduire la mortalité  

Une étude datant de la mi-juin conclut que les pays qui ont recommandé ou obligé le port du masque en public dès l’éclosion de la COVID-19 sur leur territoire ont eu un nombre de morts significativement plus bas que ceux qui ont attendu plus longtemps avant de le faire. Les nations qui n’ont pas implanté ces mesures ou qui ont attendu 60 jours avant de le faire ont vu leurs taux de mortalité exploser. Cette étude a comparé les taux de mortalité de 198 pays.