/news/politics
Navigation

Près de 300 travailleurs de la santé manifestent devant le bureau de Sonia LeBel

Coup d'oeil sur cet article

Environ 300 travailleurs de la santé se sont rassemblés devant les bureaux de la présidente du Conseil du trésor et députée de Champlain, Sonia LeBel, samedi, à Trois-Rivières. Ils réclamaient un réinvestissement dans les services publics afin de combattre la surcharge de travail et d'obtenir de meilleures conditions salariales.

«Pour trois ans, on veut trois dollars et un dollar pour le rattrapage des bas salariés. Encore en 2020, les travailleurs qui sont les plus essentiels pour le Québec sont les bas salariés et je crois que tout doit absolument changer», a expliqué Pascal Bastarache, président du Syndicat du personnel paratechnique, services auxiliaires et de métiers au CIUSSS-MCQ.

Les travailleurs réclament également des augmentations à montants fixes.

«C’est pour éviter qu'on ait des augmentations par pourcentage, comme on a toujours connu. Imaginez un 3% d'augmentation sur un salaire moyen de 35 000 dollars par année comparativement à des membres qui gagnent 100 000 dollars par année. Ça crée des iniquités exponentielles», a ajouté Frédérick Beaulieu, président du Syndicat du personnel de bureau au CIUSSS-MCQ.

La vice-présidente régionale de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN, Marie-Line Séguin, a échangé sur le sujet avec le premier ministre François Legault, qui était de passage en Mauricie vendredi. Ses réponses l’ont déçue.

«Il m'a répondu que c'était de notre côté que ça n'avançait pas, que c'est nous qui refusions de faire avancer les choses et de nous asseoir à la table de négociations. Moi, je sais pertinemment que ce n'est pas le cas», a expliqué Mme Séguin.

Neuf régions unissent leurs voix

Parmi les manifestants, il y avait des travailleurs de la santé provenant de Montréal, de Laval, de Québec, des Laurentides, de Lanaudière, de la Montérégie, de Chaudière-Appalaches, de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Ils étaient unanimes: le gouvernement Legault doit revoir ses façons de faire.

«Le gouvernement méprise présentement les anges gardiens et l'ensemble des gens qui travaillent dans le domaine de la santé. Alors on vient ici aujourd'hui pour faire entendre les représentants des Laurentides», a affirmé Steve Bouchard, président STT Laurentides.

«J'ai travaillé avec la peur au ventre d'attraper la COVID-19. Je partage mon ordinateur avec les infirmières [...]. J'ai eu une meilleure reconnaissance chez McDo, qui m'a offert des cafés tous les matins!» a déploré France Tremblay, agente administrative dans une clinique ORL de Laval.

Craintes relativement à la deuxième vague

Il est temps d'agir maintenant, selon les représentants syndicaux, puisqu'on craint de plus en plus l'apparition d'une deuxième vague de COVID-19 au Québec.

«La deuxième vague, on la voit tous! Assoyez-vous dès maintenant, ça presse de se préparer parce que si ça se passe comme la première vague, nous allons être sans pitié et on va dénoncer sans cesse», a menacé Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.