/news/currentevents
Navigation

Un corps repêché à la plage de Shannon

L’homme dans la soixantaine a été emporté par le courant

FD-NOYADE SHANNON
Photo Agence QMI, Marc Vallières Ci-dessus, on voit les autorités à l’œuvre, vendredi, sur les lieux du drame, près la rivière Jacques-Cartier, à Shannon. La dépouille de l’homme emporté par les eaux a finalement été retrouvée samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Le corps d’un homme qui a sombré dans les eaux de la rivière Jacques-Cartier dans la Capitale-Nationale, à la hauteur de la plage de Shannon, a été retrouvé samedi matin.

• À lire aussi: Un homme emporté par le courant de la rivière Jacques-Cartier

Les services d’urgence ont été appelés à se rendre sur les lieux de l’incident aux alentours de 15 h, vendredi après-midi, pour retrouver l’individu âgé dans la soixantaine. 

Les recherches ont été interrompues à la nuit tombée, après de vaines recherches des pompiers.

Selon les premières informations, l’homme originaire de la grande région de Québec aurait été emporté par le courant.

Le cadavre du sexagénaire a finalement été localisé près de la plage, celle-là même qui a fait les manchettes dans les derniers jours en raison des mesures de distanciation sociales qui n’étaient pas respectées.

«Il a été retrouvé [samedi], vers 8 h 30, par nos plongeurs. Il était en aval, vraiment pas très loin de l’endroit où il a été vu pour la dernière fois», précise la porte-parole de la Sûreté du Québec, Anik Lamirande.

Les circonstances de la noyade demeurent toujours inconnues.

Deux enfants noyés

En plus du sexagénaire, le Québec déplore deux autres décès liés à une noyade, vendredi.

Vers 18 h, un bambin de 2 ans a été retrouvé inanimé dans une piscine résidentielle sur le chemin Georges à Saint-Paul, dans Lanaudière.

Quelques heures plus tard, une fillette de 3 ans s’est aussi noyée dans la piscine d’une résidence privée de la rue Ramezay à Sorel-Tracy, en Montérégie.

Au lendemain du triste accident survenu dans un quartier familial, des voisins étaient toujours secoués. 

«Il y a plusieurs jeunes familles et enfants dans ce quartier. Ça nous a tous ébranlés immédiatement», a rapporté Julie Chapdelaine, qui a elle-même une fillette âgée de 4 ans.

Souvenir douloureux

La noyade des deux bambins rappelle de mauvais souvenirs à Christian Lallier qui a perdu de cette façon son garçon âgé de deux ans et demi. «Ça nous fait replonger dans les événements. Mais surtout, on comprend l’épreuve que devront surmonter les parents», raconte l’homme.

En 2004, le petit Samuel Lallier s’est noyé dans la piscine de ses voisins lors d’une épluchette de blé d’Inde.

En date du 11 juillet, le Québec déplorait 44 noyades pour l’année 2020, comparativement à 32 à pareille date l’an dernier.