/news/currentevents
Navigation

Chasse à l’homme: que se passe-t-il dans la tête de Martin Carpentier?

Coup d'oeil sur cet article

Difficile de savoir ce qui se passe dans la tête de Martin Carpentier, le père des deux fillettes retrouvées mortes dans un boisé de Saint-Apollinaire, en fuite depuis mercredi soir.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Fillettes retrouvées sans vie: mémorial improvisé pour Norah et Romy

• À lire aussi: La chasse à l’homme pour retrouver Martin Carpentier est parfaitement orchestrée

• À lire aussi: Une vidéo montrant Martin Carpentier refait surface

Photo Annie T. Roussel

Selon le psychiatre Gilles Chamberland, deux situations types peuvent expliquer qu’un parent kidnappe ses enfants. 

Photo Annie T. Roussel

«Le premier, c’est ceux qui pensent qu’ils vont pouvoir se sauver avec l’enfant et refaire leur vie à quelque part à l’étranger. [...] L’autre façon de penser, c’est des individus qui sont découragés, qui veulent se suicider et qui veulent amener les enfants avec eux», explique l’expert. 

Photo Annie T. Roussel

Dans le cas de Martin Carpentier, le manque d’informations sur les circonstances entourant la mort de Norah et Romy Carpentier empêche de comprendre les actions et l'état d'esprit du père de famille. 

Photo Annie T. Roussel

«Si c’est quelqu’un qui avait simplement dit "restez là, je vais revenir", c’est quelqu’un qui est désemparé maintenant», affirme M. Chamberland. 

«Les températures ont été extrêmes, ça devait être horrible pour ces enfants-là», ajoute-t-il. 

Photo Annie T. Roussel

Le psychiatre croit que dans ce cas-ci, le père pourrait ignorer que ses filles sont décédées et pourrait avoir l’intention de retourner les chercher. 

Dans le cas où l’homme aurait eu l’intention de s’enlever la vie, il pourrait toutefois se trouver dans un tout autre état d’esprit. 

Photo Annie T. Roussel

«Si c’est l’autre hypothèse de quelqu’un qui avait l’intention de se suicider et de tuer ses enfants avant, là, il peut être juste plus dangereux, plus à risque de se suicider, encore plus prêt à n’importe quoi», prévient Gilles Chamberland. 

Photo Annie T. Roussel

Écoutez l’entrevue complète dans le vidéo ci-dessus.