/news/currentevents
Navigation

La police déploie une vaste chasse à l’homme pour retrouver Martin Carpentier

Police, armée, bénévoles; les secteurs boisés des municipalités de Saint-Apollinaire et Saint-Agapit ont été ratissés

Coup d'oeil sur cet article

À pied, à cheval, en VTT, en voiture ; c’est un déploiement policier extraordinaire qui s’est fait à Saint-Apollinaire, depuis samedi, théâtre d’une vaste chasse à l’homme pour trouver Martin Carpentier.

• À lire aussi: Le décès des fillettes confirmé: le pire s’est produit

• À lire aussi: Fillettes disparues: des «cris de détresse» dans la nuit à Saint-Apollinaire

• À lire aussi: Fillettes disparues: «Il s’est dépêché de s’en aller», dit une témoin

• À lire aussi: Des alertes Amber marquantes

Au jour 3 de l’alerte Amber, les recherches ont été lancées dès le petit matin. Des dizaines de policiers et de bénévoles, comptant sur le renfort d’un hélicoptère des Forces armées, ratissaient les secteurs boisés à la frontière des municipalités de Saint-Apollinaire et de Saint-Agapit, sur la Rive-Sud de Québec. 

C’est à l’ouest de la route 273, dans un secteur boisé longeant le rang Saint-Lazare, qu’un premier corps, celui de Norah, 11 ans, a été trouvé peu avant midi. Puis, quelques dizaines de minutes plus tard, la dépouille de sa sœur, Romy, 6 ans, a été localisée non loin de là. 

Chasse à l’homme

L’alerte Amber la plus longue de l’histoire du Québec a été levée dès les découvertes. 

L’opération de sauvetage a rapidement laissé place à une intense chasse à l’homme pour localiser Martin Carpentier, un peintre en bâtiment de Lévis sans antécédent judiciaire.


Photo courtoisie

RECHERCHÉ

Martin Carpentier  

  • 44 ans       
  • Lévis      
  • 1,78 m / 5’1’’- 59 kg / 130 lb      
  • Porte un t-shirt gris et des jeans, peut-être des lunettes.            

Vers 13 h, trois voitures de police se sont engagées à toute vitesse au rang Saint-Lazare, suivies par l’hélicoptère des Forces armées. L’action a été répétée par d’autres unités de patrouille, si bien que le secteur entre les rangs Saint-Lazare et Boisjoly grouillait de policiers. 

«Barrez vos portes!» ont sommé des policiers aux résidents afin d’éviter que le fugitif de 44 ans se cache dans une résidence. 

Si les corps avaient été trouvés à l’ouest de la 273, Carpentier aurait traversé cette route achalandée pour se rendre à l’est de celle-ci. Le périmètre d’intérêt a rapidement été circonscrit aux embouchures d’un quadrilatère défini par les deux rangs, la route de l’Ormière et la route 273. 

Chemins forestiers

Le secteur, au cœur duquel se trouve un boisé relativement dense, est sillonné de nombreux chemins forestiers, où s’agglutinaient en masse des curieux. Ils étaient encore davantage de volontaires à ratisser les routes de terre.

Sur l’heure du souper, un citoyen faisant le guet a cru avoir vu Martin Carpentier dans le périmètre. Les policiers ont alors utilisé des drones pour tenter de le localiser.

Il s’agissait finalement d’un signalement non fondé. 

Les recherches policières devaient se poursuivre durant la nuit et continuer aujourd’hui.

Chronologie des événements  

Mercredi  

  • 20 h 15             

Les deux filles et le père vont se chercher une crème glacée. Ils sont aperçus une dernière fois vers 20 h 30 près d’un dépanneur de Saint-Nicolas.      

  • 21 h 30             

Accident du véhicule de Martin Carpentier sur l’autoroute 20, à la hauteur de Saint-Apollinaire. Une crème glacée à moitié fondue est trouvée. À l’arrivée des secours, l’habitacle est vide.

Jeudi  

  • 15 h             

Une alerte Amber est déclenchée. Des recherches terrestres et aériennes ont lieu à Saint-Apollinaire.

Vendredi  

  • 1 h             

Des cris de détresse, s’apparentant à ceux d'un enfant ont été entendus dans le secteur de la rue Veilleux. La police y a fait des recherches.

Hier  

  • Entre 11 h 30 et 13 h            

Les cadavres des deux fillettes sont trouvés dans un secteur boisé à l’ouest de la route 273. L’alerte Amber prend fin. La chasse à l’homme débute.      

  • Vers 14 h             

Les policiers circonscrivent leurs opérations dans un secteur rural à l’est de la route 273. Des routes sont fermées et des équipes s’enfoncent dans le bois.      

  • Vers 18 h             

Les policiers font du porte-à-porte dans le quadrilatère.       

  • À partir de 18 h 30             

Des témoins et des policiers croient apercevoir ou entendre le fugitif, mais sans le localiser. Un drone a même été utilisé pour tenter de le trouver.       

  • Dimanche matin, Martin Carpentier était toujours en fuite.