/news/currentevents
Navigation

Menacé d’expulsion alors qu’il servait des infirmières

Saint-Hyacinthe n’accepte plus les camions de cuisine de rue sur son territoire

foodtruck
Photo courtoisie La cantine mobile de l’entreprise Le Mec & Cheese a passé la journée de mercredi dernier devant l’Hôpital Honoré-Mercier, à Saint-Hyacinthe, alors que Francis Veilleux servait des repas au personnel, une gracieuseté de son syndicat.

Coup d'oeil sur cet article

Un propriétaire de camion de rue de Saint-Hyacinthe s’insurge de s’être fait menacer d’expulsion du stationnement d’un hôpital par un employé de la Ville, mercredi, alors qu’il servait des repas en guise de récompense à une centaine d’infirmières.

« Je respectais à 100 % la réglementation municipale, plaide Francis Veilleux, dont la cantine Le Mec & Cheese était stationnée à l’Hôpital Honoré-Mercier, à Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

Mercredi, le restaurateur mobile de 41 ans exécutait un contrat qu’il avait obtenu cet hiver, auprès du syndicat des professionnels en soins de santé.

« C’est plus de 300 repas en huit heures pour remercier les travailleuses de leurs efforts. Elles avaient un coupon pour un repas gratuit. Ils font ça chaque été, COVID ou pas », raconte le Maskoutain.

Or, vers 12 h 15, alors qu’il servait ces infirmières en pause, un employé de la Ville a demandé à M. Veilleux de cesser immédiatement son service de macaronis au fromage, nachos et grilled cheese, puis de quitter les lieux.

Sinon quoi, il allait inévitablement recevoir une, et peut-être même deux contraventions.

« Je n’ai pas été trop poli. Je lui ai dit de dégager que ce n’était pas le temps de m’achaler, admet-il. Même les infirmières lui disaient de me laisser travailler tranquille. J’avais le droit d’être là comme traiteur, si je ne vendais pas au public. »

Un sujet chaud

M. Veilleux concède qu’il ne s’est pas gêné pour inviter le fonctionnaire à aller relire ses règlements. Car depuis peu, les camions de cuisine de rue font partie des sujets chauds à Saint-Hyacinthe.

Mardi, la Ville a rappelé que leur présence est interdite sur son territoire.

« Nous voulons éviter la compétition déloyale avec nos restaurateurs ayant pignon sur rue, a indiqué le maire Claude Corbeil, par voie de communiqué. Les propriétaires de kiosques ambulants ne payent pas de taxes municipales, ça devient donc inéquitable. »

Pas une nuisance

« D’habitude, je vais dans les festivals, je fais le tour du Québec. Quand je venais ici, la Ville se vantait de dire qu’elle était branchée », rétorque Francis Veilleux. 

« Mais là, comme il n’y a pas de tournée à cause de la COVID, ils trouvent que je suis trop présent... une nuisance », déplore-t-il.

Il estime toutefois que l’enjeu ne vient pas des plaintes de restaurateurs.

« Ils me disent qu’ils ne sont pas capables de fournir, qu’ils manquent d’employés à cause de la PCU. Ils sont bien contents que je sois là. »

– Avec Mathieu Boulay