/weekend
Navigation

Un album sérieux pour le comique

Julien Corriveau
Photo courtoisie, Jessica McCann Connu pour son travail au sein du groupe Les Appendices, Julien Corriveau lance un premier album instrumental western, The Final Score.

Coup d'oeil sur cet article

Il a fait rire le public avec Les Appendices. Mais avec son premier album solo, The Final Score, l’humoriste Julien Corriveau se montre sérieux en plongeant dans l’univers de la musique western.

On devait appeler Julien Corriveau lundi après-midi pour parler de son album western instrumental. Drôle de timing, ce matin-là on apprenait le décès du compositeur Ennio Morricone, qui a été la principale influence du projet The Final Score.

« Ennio Morricone a fait quelque chose de particulier avec la musique de film, dit Julien. Il l’a ouverte à un large public. Il a été une influence pour le choix de ses instruments, de ses mélodies et des rythmiques qu’il utilisait. »

Sa trame sonore préférée de Morricone ? Celle d’Il était une fois dans l’Ouest, répond Julien. « Pour la charge émotive et comment les instruments s’expriment et représentent un personnage. »

Après avoir joué au jeu vidéo Red Dead Redemption, Julien Corriveau s’est mis à chercher de la musique western instrumentale. Mais comme il en trouvait assez peu, mis à part l’œuvre de Morricone, l’humoriste a décidé d’en concevoir lui-même.

Ainsi, l’hiver dernier, après avoir complété l’écriture du livre Monsieur Mousteille – Motobiographie, qui doit paraître le mois prochain, Julien a décidé de plancher sur son album solo. L’arrivée de la pandémie, et le confinement qui a suivi, l’a aidé à faire avancer le projet plus rapidement.

Pause de blagues

Sur The Final Score, Julien Corriveau a joué de tous les instruments. Seul Thomas Hébert (Tō), du groupe Valaire, y fait une apparition à la trompette. « Je voulais peut-être me prouver quelque chose, que j’étais capable de mener un projet de A à Z », dit Julien, qui a souvent composé de la musique pour la télé et des publicités.

L’humoriste a trouvé bénéfique le fait de prendre une pause de blagues avec ce projet. « Je n’avais pas envie que le côté humoristique ressorte, dit-il. Ça faisait du bien de travailler avec un autre langage. »

Un premier vidéoclip, conçu par Joël Vaudreuil, a vu le jour pour la pièce Nous partirons cette nuit. Julien songe approcher d’autres artistes visuels pour habiller les autres morceaux. « Un de mes fantasmes serait qu’il y ait un film où je pourrais utiliser ma musique », confie-t-il. 


Le premier album de Julien Corriveau, The Final Score, est disponible sur le marché.