/news/health
Navigation

Assurance-emploi: cancéreux à bout de patience

Justin Trudeau avait promis de l’aide pour l’assurance-emploi en cas de maladie

Coup d'oeil sur cet article

Malgré leurs traitements difficiles, deux jeunes femmes atteintes d’un cancer à un stade très avancé continuent d’implorer le gouvernement Trudeau de bonifier au plus vite l’assurance-emploi de 15 semaines à un an en cas de maladie.

• Pour visionner l'entrevue d'Émilie Sansfaçon: Assurance-emploi: une femme frappée par le cancer lance un cri du cœur aux partis

Pour Émilie Sansfaçon, le temps presse puisque ses jours sont comptés. En 2019, les libéraux de Justin Trudeau s’étaient engagés à bonifier le régime de 15 à 26 semaines, mais rien n’a été fait. Les prestations de maladie n’ont subi aucune modification depuis 1971.

L’assurance-emploi verse un maximum de 15 semaines de prestations de maladie lorsqu’une personne est incapable de travailler et qu’elle n’a pas d’assurance privée.

La mère de famille avait même rencontré Justin Trudeau le 9 décembre dernier.

«J’ai 31 ans et un cancer colorectal métastatique de stade 4 palliatif. Il y a 311 000 personnes malades au Canada dans ma situation qui sont oubliées. J’avais confiance en M. Trudeau quand je l’ai rencontré. Il m’a fait une promesse, et je suis déçue. Il nous a vraiment oubliés», lance Mme Sansfaçon.

Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Appui du bloc

Dans une vidéo tournée à l’hôpital, elle interpelle directement le premier ministre du Canada.

Émilie Sansfaçon ne comprend pas pourquoi les aidants naturels peuvent bénéficier de 26 semaines de prestations pour aider les malades, qui n’ont que 15 semaines pour se soigner.

«Comment le système peut permettre ça ? Mon corps a de la misère. Pour y croire, il ne faut pas avoir de stress concernant l’argent. Le gouvernement devrait nous aider», ajoute la jeune femme de Québec.

Le Bloc québécois s’est engagé à militer pour que les prestations de maladie soient augmentées à un an.

Le parti a émis une courte déclaration. «Le gouvernement s’était engagé à ce que les 26 semaines deviennent un plancher lors de la rencontre qu’on avait organisée avant les Fêtes. Les personnes malades sont les premières personnes abandonnées puisque non seulement elles n’ont pas le droit à plus de chômage, mais également pas à la PCU. Nous n’avons aucun retour du gouvernement à cet effet malgré de nombreuses relances.»

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Pas d’aide sociale

À Québec, une autre jeune femme atteinte d’un cancer incurable ne reçoit plus un sou depuis un an. Angéline Renaud Tétreault a même essuyé un refus de l’aide sociale.

«Elle achète du temps avec ses traitements. Angéline est maintenant dans un programme de soins palliatifs. Je n’ai plus les moyens de vivre dans notre logement sans aide, et les HLM nous refusent», explique son conjoint Daniel Deschenes.

Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Rongée par la maladie, Angéline Renaud Tétreault se sent abandonnée par le système, surtout en voyant le gouvernement fédéral qui décaisse des milliards de dollars pour aider tout le monde depuis le début de la pandémie. Dans son état, elle n’a pas le luxe d’attendre trois ans.

«J’ai droit à l’aide à mourir, mais pas d’argent. C’est triste. On ne peut pas survivre avec rien. On perd tout. On vient comme un fardeau parce qu’ils ne savent pas quoi faire avec nous», explique-t-elle.  

Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Des malades qui n’ont pas le temps d’attendre    

  • Les libéraux de Justin Trudeau ont promis de bonifier le régime de l’assurance-emploi.   
  • Les personnes touchées demandent 50 semaines.         
  • Une pétition a été signée par 600 000 personnes.          
  • Le NPD et le Bloc appuient la demande.   
  • En décembre, le chef bloquiste Yves-François Blanchet a rencontré Justin Trudeau avec des survivants.