/world/pacificasia
Navigation

Chine: pluies record depuis près de 60 ans sur le Yangtsé

Coup d'oeil sur cet article

SHANGHAÏ | Les autorités chinoises mobilisaient l’armée mardi pour tenter d’enrayer des inondations qui ont déjà fait plus de 140 morts et disparus dans le bassin du Yangtsé, où de telles précipitations n’avaient pas sévi depuis près de 60 ans. 

Les abords du troisième fleuve du monde enregistrent cette année des pluies record, a déclaré le vice-ministre des Situations d’urgence Zheng Guoguang.

«Depuis juin, les précipitations moyennes dans le bassin du Yangtsé sont les plus fortes depuis 1961», a-t-il déclaré devant la presse lundi à Beijing. 

La quantité d’eau tombée sur la période est supérieure de 51 % à la moyenne, a-t-il ajouté.

Les autorités s’inquiètent particulièrement pour la ville de Wuhan (centre), où le nouveau coronavirus a fait son apparition à la fin de l’an dernier.

Mais le pic de la crue semble avoir traversé lundi la métropole de 11 millions d’habitants sans faire trop de dégâts.

L’attention se concentre à présent en aval sur le lac Poyang, le plus grand de Chine, dans la province du Jiangxi (centre).

Selon l’agence de presse Chine nouvelle, le niveau de l’eau relevé par une station hydrologique y a battu un record établi en 1998, année où les inondations les plus graves des dernières décennies avaient tué plus de 4 000 personnes dans toute la Chine.

Pas moins de 100 000 personnes ont été mobilisées pour lutter contre les flots au Jiangxi, dont des militaires, des secouristes et de simples citoyens, selon les médias chinois.

Environ la moitié d’entre elles sont déployées autour du lac Poyang, où de nombreuses digues ont cédé, selon la télévision nationale.

Dans la ville de Jiujiang, où le lac communique avec le Yangtsé, des soldats vêtus de gilets de sauvetage renforçaient les digues à l’aide de sacs de sable entassés à hauteur d’homme.

Environ 400 millions de personnes habitent le bassin du Yangtsé -- soit environ un tiers de la population chinoise. Le bilan officiel depuis juin fait état de 141 morts ou disparus.

Des inondations se produisent chaque été en Chine en raison des pluies saisonnières et de la fonte des neiges dans l’Himalaya.

Mais la tendance s’est accentuée au fil des décennies. En partie en raison de la construction massive de barrages, qui empêchent par endroits les lacs et les plaines de totalement absorber les crues estivales.

Les écologistes soulignent également que la fonte rapide des glaciers himalayens, due au changement climatique, pourrait entraîner des inondations encore plus dangereuses à l’avenir.