/news/provincial
Navigation

Le tablier du pont de Québec sera refait dans les prochaines années

Pont de Québec, jeudi le 17 août  2017, à Quebec.
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés Pont de Québec, jeudi le 17 août 2017, à Quebec.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec a lancé un appel d’offres, mardi, pour la préparation des plans et devis en prévision du remplacement du tablier du pont de Québec, qui n’a pas été refait depuis 1950.

• À lire aussi: De plus en plus de camions délinquants sur les ponts

Le tablier du pont est une structure d’acier et de béton sur laquelle on étend l’asphalte des voies routières et piétonnières. Même si le CN est propriétaire du pont centenaire, le tablier est sous la responsabilité du ministère des Transports du Québec. Environ 30 000 véhicules l’empruntent quotidiennement.

L’appel d’offres ne précise aucun échéancier pour la réalisation des travaux à venir mais le ministre des Transports, François Bonnardel, espère pouvoir annoncer la «solution finale qui sera retenue en 2021», a-t-il indiqué dans un communiqué.

Logiquement, ce chantier majeur devrait débuter l’année suivante, en 2022, puisque la mise à jour de l’avant-projet définitif et la préparation des plans et devis devrait s’étaler sur une période d’un an à partir de l’octroi du contrat de services professionnels en août. Le MTQ devra ensuite lancer un nouvel appel d’offres pour la réalisation des travaux.

Fin de sa vie utile

La première étude d’avant-projet préliminaire avait été réalisée en 2010. En 2014, il est devenu clair à la suite d’une inspection que le tablier du pont devait être remplacé, ayant atteint sa durée de vie utile. Sa réfection a cependant été retardée afin de s’arrimer au projet de transport collectif structurant, lequel a changé de forme à quelques reprises au fil des ans.

À l’origine, le défunt SRB (ou trambus) devait emprunter le pont de Québec pour faire la navette entre la rive-nord et la rive-sud, ce qui impliquait d’abaisser le tablier du pont. Finalement, le projet de SRB est mort et celui de tramway qui a pris le relais n’emprunte pas la structure centenaire.

Le projet «progresse bien»

«La diffusion de cet appel d’offres témoigne de l’importance accordée par le gouvernement à l’avancement du projet du pont de Québec. La préparation du projet progresse bien», a déclaré François Bonnardel.

«Il s’agit d’une excellente nouvelle, car le pont de Québec est un emblème au cœur de la Capitale-Nationale (...) Le projet de remplacement sera planifié afin de limiter les répercussions sur la mobilité à l’échelle régionale», a renchéri la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault.

Au moment d’écrire ces lignes, il n’avait pas été possible d’obtenir une estimation des coûts ni des détails sur la durée potentielle de ce chantier d’envergure. En 2014, on parlait déjà de travaux évalués à «plusieurs dizaines de millions $», sans être plus précis.

Rien de neuf pour la rouille

Au-delà du tablier, le principal enjeu – fédéral celui-là – concerne la structure du pont à cantilever qui est rongé par la rouille. Les libéraux fédéraux n’ont toujours pas dévoilé le rapport du négociateur spécial, Yvon Charest, mandaté en août 2019 pour tenter de dénouer l’impasse qui persiste entre le gouvernement fédéral et le CN.

Récemment, les conservateurs ont pressé le gouvernement Trudeau de rendre publiques les recommandations de M. Charest

Le rachat du pont de Québec par Ottawa fait partie des solutions envisagées pour venir à bout de la saga de la peinture, un autre chantier coûteux à venir de plusieurs centaines de millions de dollars selon les plus récentes estimations.