/misc
Navigation

Les Américains craignent le retour à l’école

Les Américains craignent le retour à l’école
Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le site Axios dévoilait ce matin les résultats d’un sondage réalisé conjointement avec la firme Ipsos.

La semaine dernière, la secrétaire à l’Éducation Betsy Devos et le président Trump insistaient sur l’importance du retour en classe et menaçaient de retirer des subventions fédérales aux écoles récalcitrantes. À la lumière de ce coup de sonde, il n’y a pas que les dirigeants des écoles qui craignent pour la santé du personnel et des étudiants. Surtout que la première vague de COVID-19 sévit toujours...

Dans l’ensemble, 71% des parents interrogés sont inquiets. Ils jugent que ce retour est précipité et que les risques encourus sont élevés. Ils ne font pas confiance à l’actuelle administration pour les guider pendant la crise. Les stratèges de la campagne présidentielle ont probablement noté qu’à peine 30% des gens continuent à s’en remettre à la présente administration pour les informer adéquatement.

Si la crainte est plus forte chez les parents afro-américains ou latinos, dont les communautés sont plus touchées par le virus, elle est malgré tout répandue chez les Blancs également. Les parents démocrates éprouvent plus d’angoisse, mais une majorité de républicains se joignent à eux.

Le sondage permet d’apprendre que les parents sont de plus en plus nombreux à adopter des comportements encouragés par les responsables de la santé publique. Le port du masque est de plus en plus répandu, puisqu’ils sont 62% à en faire usage. 

Dans les circonstances actuelles, considérant le message qui émane de la Maison-Blanche, vous ne serez pas étonnés d’apprendre que, si on doute également des administrations locales, on préfère se tourner vers elles pour exercer des pressions ou développer des stratégies.

Ce sondage permet de constater que le message de Donald Trump va souvent à l’encontre de celui des gouverneurs des États qui sont en première ligne pour mener le combat, mais qu’il va aussi à l’encontre des impressions ou des convictions d’une majorité d’Américains.

Le risque politique associé à la gestion de l’épidémie est donc bien réel. Que fait Joe Biden, pendant ce temps? Il s’empresse d’occuper l’espace négligé par son rival. Plus tôt aujourd’hui, il faisait parvenir aux Texans un message d’empathie et de soutien. Le geste n’est pas anodin: un autre sondage indique que le démocrate devance le président par 5% dans un État qui constituait il y a peu un bastion républicain.