/news/provincial
Navigation

Tramway: la Ville de Québec veut éviter la perte de stationnements privés

Transport
Illustration courtoisie, Ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec harmonise son règlement sur l’urbanisme pour éviter la perte de cases dans les stationnements privés le long du tracé du tramway.

• À lire aussi: Tramway: trois consortiums répondent à l’appel

• À lire aussi: Tramway et 3e lien: la prudence de la CAQ sur le tramway saluée par Québec 21

Dans un document rendu public mardi, l’administration Labeaume indique qu’elle modifiera le règlement qui impose de garder une bande de quatre mètres de terrain gazonné entre la ligne de lot d’un terrain et une aire de stationnement.

Endroits spécifiques

« La problématique à résoudre se concentre à des endroits bien spécifiques, soit des axes urbains présentant des commerces ou des résidences avec des aires de stationnement en cour avant ou latérale. Il s’agit principalement du chemin des Quatre-Bourgeois, du boulevard Laurier, de quelques portions de la 1re Avenue (principalement dans sa partie nord) et du boulevard Henri-Bourassa.

Des aires de stationnement existent sur d’autres artères, mais dans une moindre mesure. Il est donc évalué que, dans plusieurs secteurs, l’impact est mitigé, voire négligeable », explique la Ville dans sa décision.

Le long du tracé du tramway, alors qu’on effectuera des travaux, les stationnements qui bénéficiaient d’un droit acquis auraient alors dû se conformer à la règle de quatre mètres qui s’appliquait depuis l’instauration du règlement, lors des fusions. Cela aurait mené à la perte de plusieurs espaces de stationnement.

Bande moins large

« En réduisant cette exigence de 4 mètres à 1,4 mètre [les modifications] permettront, dans plusieurs cas, de réaménager des cases de stationnement en parallèle », fait-on valoir. La nouvelle règle s’appliquera sur l’ensemble du territoire.

La Ville indique que des aires gazonnées, de la plantation et l’aménagement d’espaces verts seront de toute façon prévus au projet qui préconise une approche de façade à façade.