/news/coronavirus
Navigation

Déconfinement: retour progressif dans les bureaux

Dès samedi, 25% des employés seront tolérés

Tour à bureaux
Photo Ben Pelosse Le retour des travailleurs dans les édifices de bureaux va redonner de la vie au centre-ville qui a déjà été plus achalandé, surtout en milieu de semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Québec autorise les entreprises du secteur privé à faire revenir leurs employés sur leur lieu de travail à compter du 18 juillet avec un taux maximal d’occupation de 25 %, malgré une hausse des cas positifs de coronavirus à Montréal.

• À lire aussi: COVID-19: 129 nouveaux cas et 3 décès supplémentaires au Québec

« On fait un déconfinement qui est graduel, ordonné et compatible avec l’évolution de la situation épidémiologique. On le fait tout en continuant de maintenir une forte recommandation de poursuivre en télétravail », a indiqué mercredi lors d’une conférence de presse le ministre du Travail, Jean Boulet. 

Après une baisse significative du nombre de morts et de nouveaux cas de COVID-19 en juin, la santé publique voit depuis quelques jours une hausse de cas positifs de coronavirus, notamment à Montréal, passant de 1 % à 3 % chez les personnes testées.

Cela n’empêche pas Québec d’entamer une des dernières étapes du déconfinement, et dans certains secteurs d’activités. 

Car à compter de samedi, les entreprises privées pourront commencer un retour progressif du personnel dans les tours de bureaux.

Le quart des effectifs

Pour le moment, seuls 25 % des employés de chaque compagnie pourront revenir travailler dans leurs locaux, précise M. Boulet. 

Selon lui, ce taux permet d’éviter « une précipitation massive de personnes dans les édifices de bureaux », et donc de prévenir une propagation du virus.

  • Écoutez l'entrevue avec Chantal Rouleau, députée caquiste de Pointe-aux-Trembles et Ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, à QUB Radio:  

Et les entreprises assumeront la mise en place d’un protocole, qui devra notamment inclure l’obligation de porter un masque dans les ascenseurs et aires communes, un affichage avec le nombre de personnes maximal dans ces zones, ou encore un rappel de respecter les règles de distanciation.

De la vie au centre-ville

De plus, près de 300 inspecteurs des Normes du travail et 1000 agents de prévention, dont le mandat est d’accompagner et sensibiliser, viendront aussi aider les entreprises, a ajouté le ministre Boulet.

Le retour des travailleurs dans les immeubles de bureaux redonnera de la vie au centre-ville de Montréal, « qui dépend de ces travailleurs », soutient Chantal Rouleau, ministre responsable de la Métropole. 

Car normalement, ce sont près de 400 000 employés qui travaillent dans le centre-ville.

Pour Émile Roux, directeur général de la Société de développement commercial (SDC) Destination centre-ville (DCV) à Montréal, « dans quelques semaines ou mois, on peut s’imaginer qu’il y ait au maximum 100 000 personnes qui reviennent dans le centre-ville. Ça ne suffirait pas pour retrouver un rythme d’avant-crise, mais c’est une excellente première étape. »