/finance/business
Navigation

Immobilier: Desjardins achète DuProprio

DuProprio
Photo courtoisie Desjardins était en négociation avec Purplebricks Group depuis septembre pour acheter DuProprio et Purplebricks Canada.

Coup d'oeil sur cet article

Desjardins se lance dans la vente de propriétés résidentielles. La coopérative met le grappin pour 60,5 M$ sur les enseignes DuProprio et Purplebricks Canada et pourra désormais offrir un service clef en main avec la vente de maisons, le prêt hypothécaire ainsi que l’assurance.

  • ÉCOUTEZ le chroniqueur Michel Girard sur QUB radio:

Mercredi, l’entreprise du Royaume-Uni, Purplebricks Group, a confirmé avoir vendu ses divisions canadiennes à l’institution financière de Lévis. Avec cette transaction, DuProprio redevient une compagnie québécoise.

«C’est clair que cette transaction va nous permettre d’accélérer notre croissance en Ontario, au Manitoba et en Alberta», a indiqué en point de presse Guy Cormier, président et chef de la direction chez Desjardins.

C’est la coopérative de Lévis qui a cogné à la porte de la société britannique spécialisée dans le courtage immobilier sans commission pour réaliser cette entente. La direction de Desjardins affirme avoir aussi évalué la possibilité de développer ce service à l’interne ou avec un partenaire à l’externe.

L’institution financière dit vouloir «adopter de nouvelles avenues de croissance» en 2020 et développer un «écosystème dans un domaine adjacent à ses services traditionnels» dans l’immobilier afin de pouvoir «accompagner davantage les consommateurs».

Par ailleurs, le Mouvement Desjardins n’écarte la possibilité d’investir dans sa nouvelle branche d’affaires pour notamment prendre plus de place sur le marché ontarien.

DuProprio, qui offre un service de vente immobilière sans intermédiaire, et Purplebricks Canada, qui offre des services de courtage immobilier à frais fixes, comptent 500 employés à travers le pays, dont 300 au Québec.

DuProprio collabore sur 20 % des transactions résidentielles dans la province, selon des chiffres fournis par Desjardins, et Purplebricks a des installations à Hamilton, à Winnipeg et à Edmonton.

Ces compagnies continueront d’être gérées par les équipes de direction déjà en place et les ententes commerciales devraient être respectées.

Pertes d’exploitation

Selon le communiqué publié par Purplebricks Group, les entreprises vendues à Desjardins ont enregistré une perte d’exploitation ajustée de 4,8 M $CAN pour la période de 10 mois terminée le 30 avril 2019.

«Il faut comprendre que Purplebricks a relancé la marque hors Québec il y a environ 18 mois. Il y a eu des investissements massifs en marketing et en commercialisation. Cela explique la perte. (...) Ce sont des investissements qui vont payer au cours des prochaines années», estime Martin Brunelle, vice-président, croissance, acquisition et développement chez Desjardins.

En 2018, le groupe Pages Jaunes avait vendu ses filiales DuProprio et ComFree, aujourd’hui Purplebricks Canada, pour 51 M$ à la société britannique. L’entreprise prévoyait alors investir environ 26 M$ en l'espace de deux ans pour appuyer sa croissance au Canada.

Fondée à Lévis en 1997, l’enseigne DuProprio, dont le siège social est toujours situé sur la Rive-Sud de Québec, avait été vendue à Pages Jaunes en 2015.

De retour au Québec

Du côté de DuProprio, dont le site Web compte plus de 20 000 propriétés à vendre, la direction dit être heureuse de redevenir une compagnie québécoise.

«Nous sommes un service qui a été créé par et pour les Québécois, afin d’offrir une alternative innovante et positive pour tous ceux et celles désirant vendre leur propriété sans intermédiaire. Nous continuerons de tout mettre en œuvre pour satisfaire nos clients et permettre aux familles québécoises de retirer le meilleur bénéfice de la vente de leur propriété», souligne Marco Dodier, président et chef de la direction. 

Seulement un premier pas dans le secteur ?  

Trois questions au grand patron du Mouvement Desjardins, Guy Cormier.


Est-ce que la coopérative prévoit d’autres transactions dans le domaine de l’immobilier ?

Notre objectif est de rendre la vie plus simple à nos membres et nos clients. [...] Il n’y a pas de plan additionnel. On va voir comment va cette transaction. Comment vont réagir nos membres, nos clients et les consommateurs. On va rester ouvert à comment va évoluer le marché.


Croyez-vous que cette transaction puisse miner vos relations d’affaires avec les autres firmes immobilières au Québec ?

Absolument pas, on travaille avec les courtiers immobiliers depuis des décennies. On va leur parler. Nous sommes en contact régulièrement avec eux. Ils couvrent 80 % des parts de marché au Québec. Je ne pense pas que nous sommes une menace.


Si les clients de DuProprio demandent des conseils aux responsables pour du référencement hypothécaire, il n’y a pas un risque de conflit d’intérêts ?

On va respecter l’ensemble des réglementations. Nous sommes dans une ère où les gens veulent des choses simples. Ils veulent qu’on simplifie leur vie. C’est complexe, acheter ou vendre une propriété. 

L’acquisition de Desjardins   

  • DuProprio et Purplebricks Canada comptent 500 employés, dont 300 au Québec  
  • Le prix payé est de 60,5 millions $  
  • Ces entreprises ont des bureaux au Québec, en Ontario, au Manitoba et en Alberta