/news/coronavirus
Navigation

COVID-19 : l’attente pour se faire tester à Montréal est «inacceptable», martèle Legault

Coup d'oeil sur cet article

Les files d’attente de plusieurs heures pour se faire dépister pour la COVID-19 à Montréal sont «inacceptables», a martelé François Legault, mercredi, en promettant que l’offre de services de la santé publique sera revue.

• À lire aussi: COVID-19: 129 nouveaux cas et 3 décès supplémentaires au Québec

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus

«On a une offre de service qui devrait être capable de prendre facilement, sans trop d’attente, 16 000 clients par jour. Or, on a à peu près 10 000 clients par jour, pis il y a de longues attentes», a souligné le premier ministre en conférence de presse à Rivière-du-Loup où il poursuivait sa tournée des régions.

Des files monstres se sont créées devant les centres de dépistage de la COVID-19 sans rendez-vous à Montréal dans les derniers jours après que la santé publique ait donné comme consigne aux personnes ayant fréquenté un bar depuis le 1er juillet d’aller se faire tester.

Selon le premier ministre, il faut mieux répartir les ressources de la santé publique puisque celle-ci dispose d’une capacité de tests suffisante pour combler à la demande.

Le premier ministre a d’ailleurs dit avoir fait part de son exaspération au directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, qui est en charge de revoir de l’offre de services.

La mairesse de Montréal Valérie Plante s’attend également à ce que les ressources soient au rendez-vous pour réduire les files d’attente.

La Ville peut rendre des endroits disponibles pour se faire tester, mais le personnel soignant relève du provincial, a-t-elle rappelé mercredi en point de presse.

«Comme mairesse, mais également comme citoyenne, je m’attends à ce que, lorsqu’il y a un appel fait par la Direction de la santé publique comme quoi il faut un dépistage massif, il faut qu’il y aille des ressources», a affirmé Mme Plante, se disant toutefois heureuse que les citoyens répondent massivement à l’appel.

Port du masque

Par ailleurs, Mme Plante a mis en garde contre un relâchement dans les transports, où le masque est obligatoire depuis le 13 juillet, même si une période de tolérance existe jusqu’au 27 juillet.

«Je m’attends, j’espère et je veux que les Montréalais, Montréalaises et les gens de la grande communauté métropolitaine entendent bien le message qu’il faut porter le masque et que sinon, il y aura des amendes», a insisté Valérie Plante.

Le «24 Heures» rapportait récemment que des dizaines de distributeurs de désinfectant n’étaient pas fonctionnels dans le métro. Pour la mairesse, c’est «absolument nécessaire» qu’ils soient disponibles et remplis. «Le nettoyage aussi, des autobus ou des métros, doit se continuer: pas question de baisser la garde là-dessus.»


  • Jusqu’à mercredi, il n’y avait que trois cliniques de dépistage sans rendez-vous à Montréal, soit une au centre-ville, une dans l'est de l'île et une à Montréal-Nord.
  • De nouvelles cliniques du genre ouvriront leurs portes dès jeudi, notamment au Centre universitaire de santé McGill, à l'Hôpital général juif, à Beaconsfield et à Outremont. La liste complète des cliniques, leur adresse ainsi que leurs heures d'ouverture sont sur le site www.santemontreal.qc.ca

- Avec Camille Dauphinais-Pelletier, 24 Heures 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com