/world/america
Navigation

Justice au Venezuela: le gouvernement Maduro juge le rapport de l’ONU «tendancieux»

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro.
Photo d'archives, AFP Le président du Venezuela, Nicolas Maduro.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement vénézuélien a qualifié, mercredi, de «tendancieux» le rapport de l’ONU publié la veille et estimant l’indépendance du système judiciaire au Venezuela considérablement affaiblie, contribuant à l’impunité et à la persistance des violations des droits de l'Homme.

«Ce rapport tendancieux (...) est un exemple palpable du deux poids deux mesures, de la manipulation et de l’utilisation politique honteuse des mécanismes internationaux par un petit groupe de pays», a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

«Les gouvernements satellites des États-Unis sont clairement en évidence lorsqu’ils articulent leurs positions et leurs actions au sein de forums internationaux dans le cadre de l’agression» contre le Venezuela, ajoute le ministère.

La publication du rapport du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, demandé en septembre dernier par le Conseil des droits de l’Homme à Genève, est intervenue une semaine après que la Cour suprême du Venezuela, considérée comme acquise au président Maduro, a suspendu toute la direction du parti du chef de l’opposition, Juan Guaido, et en a remis le contrôle à un de ses rivaux.

Le rapport appelle Caracas à mener à bien les réformes du système judiciaire annoncées en janvier afin de garantir notamment «son indépendance, son impartialité et sa transparence». «L’indépendance du système judiciaire (vénézuélien) est considérablement affaiblie» pour diverses raisons, poursuit-il. 

Il cite «l’insécurité du mandat des juges et des procureurs, le manque de transparence du processus de désignation, la précarité des conditions de travail et les interférences politiques, notamment les liens des membres de la Cour suprême avec le gouvernement et le parti au pouvoir».

Le rapport relève en particulier la «pression politique» exercée sur les juges, sous forme notamment de menace de licenciement.