/news/transports
Navigation

Le ministre Jean-Yves Duclos est toujours convaincu que le projet de tramway se réalisera à Québec

Le ministre fédéral Jean-Yves Duclos
Photo d'archives, Simon Clark Le ministre fédéral Jean-Yves Duclos

Coup d'oeil sur cet article

Même si le projet de tramway semble avoir du plomb dans l’aile avec la valse-hésitation du gouvernement Legault, le ministre fédéral Jean-Yves Duclos demeure convaincu qu’il va se concrétiser.

• À lire aussi: Rousseau réclame la fusion des projets de tramway et de 3e lien

• À lire aussi: Peter MacKay veut se coller au provincial pour le tramway de Québec

• À lire aussi: Tramway: trois consortiums répondent à l’appel

• À lire aussi: Le tablier du pont de Québec sera refait dans les prochaines années

Rappelons que le premier ministre François Legault n’a toujours pas appuyé officiellement la nouvelle mouture du projet de réseau structurant, amputé de son trambus. Il se donne du temps pour «étudier» les impacts des récents changements annoncés par la Ville de Québec, qui a dû couper plusieurs composantes afin de respecter le budget alloué de 3,3 G$.

«J’ai confiance que le projet va aller de l’avant. Je sais qu’il y a des discussions importantes entre le gouvernement du Québec et la Ville de Québec. Ces discussions sont essentielles et j’ai la garantie qu’elles vont bien», a déclaré le député fédéral libéral de Québec, Jean-Yves Duclos, en marge d’un point de presse au Monastère des Augustines mercredi.

Contrairement à Québec, Ottawa appuie toujours sans hésitation le projet du maire Régis Labeaume et répond encore présent avec son aide financière de 1,2 G$, malgré les récents développements.

«On regrette tous que le trambus soit remplacé par un métrobus parce que ça aurait été mieux d’avoir un trambus, mais on peut aussi penser à l’étalement de ces mesures-là à travers le temps. Pas besoin de tout faire en même temps [...] Ceci dit, l’ampleur géographique du projet reste la même», a fait valoir le président du Conseil du Trésor.

Un trambus dans une deuxième phase?

«Je suis pas mal certain que la Ville de Québec doit être en train de discuter avec le gouvernement du Québec pour voir comment certains investissements initialement prévus, comme le trambus, pourraient être reportés à un peu plus tard», a ajouté M. Duclos, rappelant une fois de plus que la capitale du Québec est la seule ville de taille comparable au Canada qui n’a pas de «réseau structurant» de transport collectif.

«Le gouvernement actuel a un programme important pour le financement d’infrastructures à travers le pays et grâce à ça, on a 1,2 G$ pour appuyer ce réseau de transport structurant. C’est le plus gros investissement jamais fait par le gouvernement fédéral pour la région de Québec, donc on a intérêt à en profiter, mais on souhaite que les choses aillent rondement», a-t-il renchéri.

Pont de Québec

Interrogé sur l’avenir du pont de Québec et l’interminable saga de la rouille, Jean-Yves Duclos a confirmé les informations du Journal au sujet du négociateur spécial. Yvon Charest a bel et bien remis un rapport préliminaire en mars au gouvernement fédéral. La version finale a été transmise à la ministre de l’Infrastructure, Catherine McKenna, en juin.

Pressé par les conservateurs, qui réclament «l’heure juste» dans ce dossier, M. Duclos n’a pas voulu indiquer à quel moment les recommandations d’Yvon Charest seront rendues publiques. Il espère pouvoir le faire «le plus rapidement possible».

«Les fonctionnaires sont en train de le regarder attentivement. C’est un rapport qui est bien fait, moi j’en ai une version préliminaire et donc on a hâte de voir la suite, mais avant de voir la suite, évidemment, les fonctionnaires doivent faire leur travail. C’est un dossier que mes collègues à Ottawa savent comme étant très important pour la région de Québec et je pense qu’ils font tout ce qu’ils ont besoin de faire pour que ça puisse progresser rapidement.»

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.