/news/provincial
Navigation

Le projet de ciné-parc avorté a coûté 86 500$ aux contribuables de Québec

L’opposition déplore la dépense pour un programme «mal ficelé» au départ

Coup d'oeil sur cet article

L’opposition a dénoncé mercredi la dépense de 86 500 $ de l’administration Labeaume pour son projet de ciné-parcs qui a avorté après un conflit épique avec les distributeurs de films.

• À lire aussi: Le projet de ciné-parcs gratuits à Québec tombe à l’eau

Lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal, la dernière avant l’été, l’administration Labeaume a présenté une décision de décaisser 86 500 $ pour « couvrir les frais encourus dans le cadre de la préparation du projet [de ciné-parcs] qui s’est échelonnée du 23 avril 2020, moment initial de l’annonce, au 19 juin 2020, date de l’annulation du projet ».

« Indécent »

L’opposition de Québec 21 a sauté sur l’occasion pour dénoncer le style « autocratique » du maire dans ce dossier, et regretter le fait que le projet a été présenté sans être attaché. « Je trouve ça indécent de voter ce sommaire, s’est insurgé le conseiller Patrick Paquet. C’est rendu de l’argent de Monopoly. Pour le maire, l’argent des citoyens n’a aucune valeur. »

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, a aussi mis son grain de sel. « Le maire a voulu faire à sa tête. Les citoyens de Québec doivent payer pour les erreurs du maire. » Il a souligné que l’idée de base était bonne, mais que l’équipe du maire aurait dû s’assurer d’impliquer dès le départ l’industrie du cinéma.

Dépenses préalables

Les frais encourus comprennent les salaires, les honoraires professionnels, l’acquisition de biens ou de services, les frais d’administration. « De ces investissements, les émetteurs et les caisses de transport feront maintenant partie des équipements disponibles à la centrale des équipements de la Ville au bénéfice d’organismes reconnus (valeur de 11 151,42 $) », précise la Ville.

Pour la conseillère responsable de la Culture, Alicia Despins, ces dépenses sont totalement justifiées, puisque des organismes ont effectué du travail avant l’annulation. La vice-présidente du comité exécutif, Marie-Josée Savard, a rappelé que le problème est survenu après « un virement de cap du côté des distributeurs ».

Les trois membres de Québec 21 ont voté contre cette décision.