/opinion/columnists
Navigation

La lune de miel s’achève

Coup d'oeil sur cet article

Pendant des années, j’étais un des seuls chroniqueurs au Québec à répéter que François Legault avait des chances de devenir un jour notre premier ministre. « Coudonc, Gilles, es-tu membre de la CAQ ? » demandaient des collègues pour me taquiner.

  • ÉCOUTEZ Gilles Proulx sur QUB radio:

Eh bien, aujourd’hui, au sujet de François Legault, je suis peut-être le seul à penser que sa lune de miel avec l’électorat s’achève, malgré les sondages récents qui le placent, avec son parti, à plus de 80 % des intentions de vote, un pointage ahurissant !

Cet homme, si tenace lorsque presque personne ne croyait en lui, me semble en danger de perdition maintenant que tout paraît trop beau. Son audace, qui nous a tant séduits chez lui, commence à le déserter.

Audaces oubliées

Au début, François Legault nous parlait du rapport d’impôt unique... mais la gifle de Trudeau lui a sorti cette idée de la tête.

Au début, Legault parlait de s’attaquer au pétrole sale d’une manière qui enchantait les écolos... mais en parle-t-il encore aujourd’hui ?

Au début, Legault avait assez de cran, avec son ministre Simon Jolin-Barrette, pour créer sa loi 21 qui protège la fonction publique du militantisme religieux ostentatoire.

Au début, Legault était fier de se dire franchement nationaliste... et maintenant, il ne fait rien pour empêcher l’agrandissement du cégep Dawson, qui nous anglicise allègrement à nos frais.

Valse du « masque »

En parlant aux commerçants, je me rends compte que beaucoup détestent l’idée d’avoir à « jouer aux policiers » avec les clients récalcitrants à porter le couvre-visage obligatoire... celui-là même qu’on nous déconseillait il y a trois mois !

François Legault tergiverse au volant d’une voiture qui avance et qui recule, papillonne et tourne en rond. À force de revenir sur ses décisions, il commence à se décrédibiliser. Voilà ce qui m’incite à penser que, même si ça ne paraît pas encore, sa lune de miel est peut-être sur le point de s’achever.