/sports/others
Navigation

Une légende dans l’équipe

Guillaume Boivin et James Piccoli saluent l’arrivée de Chris Froome parmi eux

CYCLING-GBR-YORKSHIRE-INEOS
Photo d’Archives, AFP Après une année 2019 difficile avec Ineos, Chris Froome, 35 ans, courra pour l’équipe Israel Start-Up Nation l’an prochain.

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas tous les jours que des cyclistes québécois ont l’occasion de courir avec un coéquipier qui fait partie de la légende de leur sport. Ce sera le cas l’an prochain quand Chris Froome se joindra à l’équipe Israel Start-Up Nation, aux côtés de Guillaume Boivin et James Piccoli.

Froome vient de souffler 35 bougies et ses meilleures années risquent d’être derrière, après une saison 2019 ponctuée de chutes, dont une qui lui a laissé de multiples fractures.

Toutefois, un changement d’air pourrait ragaillardir le quadruple champion du Tour de France, qui compte également deux sacres au Tour d’Espagne et un autre au Tour d’Italie.

« On entendait les rumeurs comme tout le monde, mais c’était difficile d’y croire. C’est vraiment une super nouvelle, surtout quand tu penses à où se situait l’équipe il y a quelques années à peine. Froome est l’un des plus gros coureurs de notre génération et il fait tout le temps parler de lui. Il amènera de l’attention », s’est réjoui Boivin, lorsque joint cette semaine en Andorre, avant son départ pour un camp d’entraînement en Belgique.

Une expérience bénéfique

Pour Piccoli, un Montréalais qui a connu une progression fulgurante depuis deux ans et qui en est à sa première année avec Israel Start-Up Nation, l’arrivée de Froome la saison prochaine représente une occasion unique pour apprendre de l’un des plus grands.

« L’équipe croit en moi et en mes habiletés physiques, mais c’est sûr que je manque d’expérience.  

« Avec Froome, on parle de l’un des coureurs les plus expérimentés au monde. Je n’aurais jamais pu imaginer ça il y a deux ans », a rigolé celui qui s’était fait remarquer en 2018 avec une victoire plutôt inattendue au Tour de Beauce.

James Piccoli, Cycliste
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
James Piccoli, Cycliste

Plusieurs impacts positifs

Si Guillaume Boivin se dit encouragé par l’ajout d’un coureur décoré comme Froome dans les rangs, il souligne par ailleurs que cette acquisition de luxe témoigne de la bonne santé financière de l’équipe.

« Déjà, on continuait d’être payés malgré la pandémie, ce qui nous envoyait un signal positif. On allait déjà de l’avant et une telle nouvelle dans un moment où les temps sont difficiles sur le plan économique, c’est toujours rassurant », a-t-il soulevé.

Pour sa part, James Piccoli estime que Froome apportera beaucoup à l’équipe, à des niveaux différents.

« Il va amener du professionnalisme dans l’équipe et tout le monde va élever son jeu en le côtoyant. Sa seule présence va nous donner beaucoup plus de visibilité et de commanditaires. C’est bon pour tout le monde », a-t-il fait valoir. 

Un grand tour dans la mire pour Piccoli

À sa première saison dans la cour des grands sur le WorldTour, James Piccoli voit la reprise des activités en août comme une chance inouïe de démontrer sa valeur.

Du 5 au 9 août, le Montréalais prendra part au Tour de Pologne, pour la première course par étapes d’un calendrier réduit, mais condensé.

« Je ne l’ai jamais fait, mais c’est mon genre de parcours et je pense pouvoir bien performer », a mentionné celui qui s’était fait remarquer en mai, à Montréal, en faisant l’ascension du mont Royal 100 fois dans la même journée.

« Les résultats seront importants parce que mon équipe m’a dit qu’elle aimerait vraiment que je participe à l’un des grands tours cet été. Il y a une petite possibilité pour le Tour de France et sinon, ce serait la Vuelta [Tour d’Espagne]. Juste d’y penser, ça me donne la chair de poule ! Il faudra vraiment que je fasse mes preuves tôt dans la saison », a continué Piccoli.

Jusqu’à maintenant, le passage en sol européen se déroule rondement. Piccoli, un bon grimpeur, se trouve actuellement en Andorre, où les cols abondent.

« Ça se passe super bien et c’est parfait pour l’entraînement, en altitude. Tous les coureurs ici sont dans une grande forme et ça me permet de mettre la touche finale à ma préparation. »

À 28 ans, Piccoli a gravi les échelons de manière soudaine, et le fait de se retrouver chez Israel Start-Up Nation à rouler avec la crème l’émerveille.

« Je vis vraiment le rêve. L’équipe a pris une chance sur moi, et je me sens très à l’aise dans cet environnement. La logistique ne sera pas évidente avec plusieurs courses dans un court laps de temps, mais j’ai confiance en mes capacités de récupération. »

Boivin vise le Tour de France

Son coéquipier Guillaume Boivin, qui en est à sa 11e saison dans les rangs professionnels, espère de tout cœur que son équipe lui fera une place au Tour de France.

« C’est ce que je souhaite le plus, être sélectionné, mais il y a beaucoup de coureurs de qualité sur la liste. Après autant de temps de repos, on verra qui sont les plus en forme. À mes premières courses en août, je veux vraiment faire partie de l’action », a-t-il indiqué. 

Sa saison débutera le 1er août avec la Strade Bianche, en Italie.