/weekend
Navigation

Blues, Jazz et Country: Jordan Officer se raconte en trois albums

Jordan Officer
Photo courtoisie, Geneviève Bellemare

Coup d'oeil sur cet article

Jordan Officer ne lance pas un seul nouvel album. Il arrive avec trois opus consacrés à des textures musicales différentes. Un avec des sonorités country, un deuxième qui plonge dans le blues et un troisième avec du jazz instrumental. Le guitariste-chanteur montréalais s’est fait plaisir et il n’a pas fait les choses à moitié.

Jordan Officer a plusieurs cordes à son arc. Habitué d’amalgamer le blues, le country et le jazz et blues, il a décidé de séparer les couleurs qui sont habituellement mélangées sur sa palette.

« C’est un peu drôle comme idée, mais c’est un projet que j’avais en tête depuis longtemps. Ça n’a jamais quitté mon esprit », a-t-il indiqué, lors d’un entretien téléphonique.

Ces trois albums, intitulés Blues, Country et Jazz, racontent l’histoire musicale de ce musicien connu pour son travail avec la chanteuse jazz Susie Arioli.

« C’est toujours un peu un casse-tête de déterminer mon style. J’ai des albums qui sont plus blues, j’ai toute une histoire en jazz et j’ai toutes sortes d’influences. J’avais envie de faire des albums dans ces trois styles », a-t-il expliqué.

Jordan Officer avoue qu’il a dû travailler fort pour convaincre son étiquette de disques de lancer ses trois albums en même temps.

« On m’a dit que ça n’avait pas de bon sens, mais je suis quelqu’un qui est assez convaincant. C’est un projet que j’ai en tête depuis longtemps et ce n’était pas quelque chose d’impulsif. Je savais pourquoi je voulais le faire et j’étais capable de l’expliquer », a-t-il fait remarquer, sans savoir s’il s’agissait d’une première.

Une seule guitare

Le guitariste-chanteur aux multiples couleurs voulait se faire plaisir et surtout pouvoir aller à fond dans ces trois styles.

« C’est une sorte de jeu, un exercice de style et un projet qui va chercher très profondément mon histoire en musique, mes influences et tout mon parcours. C’est un genre d’autobiographie musicale », a-t-il fait savoir.

Le musicien a plongé dans ses racines musicales pour choisir les 24 reprises sélectionnées et qu’il interprète à sa façon. 

« Ce n’est pas juste du répertoire que j’ai été chercher. Ce sont des hommages très spécifiques à ma vie », a-t-il précisé.

Chaque album a été enregistré en une journée. Un peu comme ça se faisait à une époque lointaine. 

« Il y a eu beaucoup de travail en amont pour me réapproprier ces chansons. Il y a eu quelques répétitions avec les musiciens, mais je voulais capter ce qui était pour se passer en studio. Il y avait des arrangements de base, mais on ne savait pas trop de quelle façon nous étions pour jouer ces titres lors de l’enregistrement. On a pris des risques », a-t-il fait savoir.

Jordan Officer a utilisé une seule et même guitare pour l’enregistrement des trois albums. Une Gibson ES-150 1936 qu’il a branchée dans un amplificateur de même marque conçu en 1949 et sans pédales d’effets. Il a aussi improvisé tous ses solos.

« Ça donne une sorte de continuité sonore qui est présente sur les trois disques », a-t-il dit, ajoutant qu’il joue aussi du violon, qui est son instrument de jeunesse, sur chacun des albums.

Un volume 2

Les trois opus sont tous intitulés Volume 1. Ce qui laisse croire qu’il y aura un jour une suite et peut-être trois Volume 2 lancés simultanément.

« C’est le début de quelque chose et c’est le message que je voulais lancer », a-t-il mentionné.

Le guitariste-chanteur ne sait pas à quel moment il remontera sur les planches. Les points d’interrogation sont nombreux, mais il avoue avoir plein d’idées de spectacles.

« Je pourrais mélanger les trois albums dans une même prestation ou faire des concerts consacrés à chacun de ces disques. Je pourrais aussi jouer en quatuor ou en quintette dans un festival jazz avec uniquement de la musique instrumentale », a-t-il dit.

Son opus Country pourrait aussi lui ouvrir la porte pour se produire dans ce genre de festival.

« Ça serait cool. J’ai fait des festivals de jazz et de blues, mais jamais un événement country. J’aimerais vraiment ça, car j’ai grandi en regardant des westerns et en écoutant ce genre de musique. Ça serait vraiment l’fun », a-t-il laissé tomber.