/entertainment/music
Navigation

Les Who à l’Autostade en 1968: foudroyants

Coup d'oeil sur cet article

Le 17 juillet 1968, la formation The Who se produisait au mythique Autostade de Montréal. Le deuxième épisode de la balado Pour une histoire d’un show retrace, sur la plateforme QUB Musique, les souvenirs de cet événement mémorable.

Cette série balado, animée par Nicolas Titley, plonge dans le passé en faisait revivre les grands moments de l’histoire de la musique par les artistes, les artisans et les fans. Le premier épisode était consacré aux fêtes de la St-Jean entre les années 1973 et 1976. 

Les Who étaient la tête d’affiche du Festival international de musique populaire qui mettait en vedette la formations britannique The Troggs, connue pour leur succès Wild Things, les Américains d’Ohio Express, Mitch Ryder & The Detroit Wheels et le groupe montréalais The Haunted.

Il s’agissait de la deuxième visite de Roger Daltrey, John Entwistle, Keith Moon et Pete Townshend, quatre mois après leur premier passage au Forum de Montréal le 27 mars 1968.

Ces deux concerts suivaient la parution de leur troisième album studio intitulé The Who Sell Out. Un disque sur lequel on retrouvait les titres I Can See For Miles et Tattoo.

Gilles Valiquette avait 16 ans lorsqu’il s’est présenté à l’Autostade avec des amis. Il avait assisté au concert des Who au Forum de Montréal.

«Les Who était au sommet de leur art. C’était le meilleur groupe que j’avais vu sur scène à cette époque. Ils étaient explosifs et leur son, c’était du jamais-vu. Un ouragan sonore», raconte-t-il, dans la balado entrecoupés de chansons des artistes qui ont participé à ce concert. 

On retrouve aussi une « playlist » de 61 chansons avec des pièces des Who, des Troggs, Mitch Ryder & The Detroit Wheels, Ohio Express et The Haunted.

Figés et étonnés

Amateur de musique, Gilles Lapointe, âgé de 15 ans, a quitté Granby avec son ami Daniel, un amateur des Who.

«Ce que j’ai vu, ce jour là, je ne crois pas voir revu, sauf avec eux à nouveau. C’était vraiment hors de l’ordinaire. Pete Townshend, à lui seul, était une folie inimaginable. Le batteur Keith Moon était exceptionnel et il jouait comme un magicien. C’était débile» fait-il savoir.

Le Who avait donné une prestation en après-midi et une deuxième en soirée où ils ont été fidèles à leur répétition.

«Keith Moon a démoli sa batterie, Roger Daltrey enlevait des morceaux de plancher et Pete Townshend fracassait sa guitare dans les amplis durant My Generation. John Entwistle continuait de jouer de la basse comme si rien n’était. Les gens étaient figés, assommés et étonnés», ajoute Gilles Lapointe, qui est revenu complètement sonné de cette expérience.

Construit pour l’Expo 1967, dans la Cité du Havre, près de l’autoroute Bonaventure, l’Autostade de Montréal est devenu, jusqu’en 1976, le domicile des Alouettes de Montréal. L’endroit, qui pouvait accueillir 25 000 personnes, a reçu la visite de quelques artistes avec Van Morrison, Jefferson Airplane, Jethro Tull, The Jackson 5, Gentle Giant et Pink Floyd.