/lifestyle/books
Navigation

Drawn and Quarterly: conseils de libraires sur le trottoir

Luke Langille, Anna Hoddé, Teddy Desmarais, Kennedy Rooke et Rebecca Lloyd de la librairie Drawn and Quarterly.
Photo courtoisie Luke Langille, Anna Hoddé, Teddy Desmarais, Kennedy Rooke et Rebecca Lloyd de la librairie Drawn and Quarterly.

Coup d'oeil sur cet article

La librairie Drawn and Quarterly a choisi, pour le moment, de ne pas rouvrir ses portes à 100%. Elle poursuit ses opérations avec la vente en ligne et des tables ont été installées où les gens peuvent récupérer leurs commandes, acheter des livres et être conseillés.

Le personnel de la librairie et de la Petite librairie, qui sont situées sur la rue Bernard Ouest, à Montréal, continue de faire son travail... sur le trottoir.

«On parle avec chaque personne et c’est bien. C’est notre spécialité de conseiller les gens et c’est le fun. On parle avec chaque personne», a fait savoir Rebecca Lloyd, directrice de la librairie.

Les deux librairies sont petites et, avec les ventes en ligne qui sont nombreuses, il est difficile de gérer la présence des clients à l’intérieur du commerce avec les mesures sanitaires en place.

«On ne voulait pas trop stresser les employés», a-t-elle précisé lors d’un entretien téléphonique, ajoutant qu’elle visait une réouverture qui pourrait avoir lieu en septembre.

Maison d’édition à l’origine, Drawn and Quarterly existe depuis 30 ans. Elle a ouvert sa première librairie il y a 13 ans, afin de combler un manque pour les amateurs de bandes dessinées, et la Petite librairie a vu le jour il y a trois ans.

La librairie anglophone a ensuite diversifié son offre avec des livres de cuisine, de poésie, des livres sur l’art, avec la non-fiction, la fiction et une sélection de livres en français.

«On met à l’avant les goûts des gens qui travaillent à la librairie et à la maison d’édition», a fait remarquer Rebecca Lloyd.

Au bon moment

Drawn and Quarterly ne faisait pas de ventes en ligne avant d’adhérer à la coopérative des Librairies indépendantes du Québec et à son site leslibraires.ca. Ce qui lui a permis de profiter du tourbillon de ventes en ligne généré par la période de confinement et la fermeture physique des librairies.

«C’est une idée sur laquelle je travaillais depuis le mois de novembre. On s’est joints à la coopérative juste avant la crise. Le timing était vraiment bon», a-t-elle indiqué, fière de son coup.

Les livres de fiction ont été très populaires. Tout comme les œuvres de fiction sur les pandémies. Le roman Severance de Ling Ma a été très populaire. 

«C’est drôle de voir que les gens voulaient lire ce genre de choses durant la pandémie. La montée du mouvement Black Lives Matter, à la suite de la mort de George Floyd, a aussi eu un effet du côté des ventes, avec une forte demande pour les auteurs noirs», a-t-elle fait remarquer.

Les employés qui avaient été mis à pied temporairement au début de la crise ont retrouvé leur emploi. La librairie est même en processus d’embauche.

«Je suis en train de faire des entrevues en ce moment. C’est une belle situation dans une période difficile», a fait savoir la directrice.

Rebecca Lloyd a eu un énorme coup de cœur pour la série de mangas La Cantine de minuit de Yaro Abe au cours des derniers mois.

«C’est l’histoire d’une cantine qui ouvre à minuit et qui ferme à 7 h. Ça tourne autour des gens qui fréquentent cet endroit et qui commandent un repas. J’ai lu les livres, j’ai regardé la série sur Netflix et j’ai même cuisiné avec le livre de recettes. Je lisais des livres sur la pandémie et je me demandais ce que j’étais en train de faire. Ça m’a permis de me changer les idées en entrant dans un autre monde», a-t-elle laissé tomber, en éclatant de rire, totalement conquise par cet univers. 

Les suggestions de Rebecca et de son équipe 

Wendy, Master of Art

Walter Scott

2020


The Sky is Blue with a Single Cloud

Kuniko Tsurita

2020


Nori

Rumi Hara

2020


Moms

Ma Yeung-Chin

2020


The Loneliness of the Long-Distance Cartoonist

Adrian Tomine

2020