/sports/fighting
Navigation

Pas de ressentiment envers GYM

Coup d'oeil sur cet article

À la fin de 2019, le promoteur Yvon Michel a pris une décision surprenante en n’offrant pas de nouvelle entente de promotion à Christian M’Billi. Avec un recul de quelques mois, le protégé de Marc Ramsay mentionne qu’il n’est pas amer par rapport à la fin de son association avec GYM.

• À lire aussi: L’inquiétude de Christian M’Billi

• À lire aussi: Un plan B qui coûtera cher

• À lire aussi: C’est toujours non pour les sports de combat

« La fin de notre association s’est faite de façon professionnelle, a expliqué M’Billi. Le climat était cordial entre Yvon et moi malgré quelques désaccords. 

«Il y a peut-être deux ou trois contrats pour des combats qui n’étaient pas à mon goût.»

M’Billi veut davantage regarder le côté positif des choses. 

«Je n’ai aucun regret de m’être associé avec GYM pendant trois ans, a-t-il mentionné. Yvon est un très grand promoteur et il m’a permis de me monter une fiche de 16-0. 

«Grâce à lui, j’ai beaucoup appris sur les rudiments de la boxe professionnelle. À la fin de mon entente, je voulais aller voir ailleurs.»

Dans les prochains mois, il se remettra à la recherche d’un promoteur de premier plan. Le plan idéal serait de conclure une entente avec Top Rank grâce à son nouveau gérant, Egis Klimas. 

Cependant, il sait qu’il doit livrer la marchandise lors de ses prochains combats. 

Changement de catégorie

En plus de mettre fin à son association avec GYM, M’Billi a décidé de changer de catégorie. 

Après avoir disputé 15 combats chez les poids moyens (160 lb), il a fait le saut chez les super-moyens (168 lb) à son dernier combat. 

«Je prends facilement de la masse musculaire. Mon entraîneur Marc Ramsay me dit que je ressemble à Jean Pascal à ce niveau, a souligné le droitier. On a fait des tests parce que j’avais certaines difficultés à faire le poids à 160 lb. 

«Par exemple, lorsque je pesais 180 lb, j’avais un pourcentage de gras de 9 %. On s’est rendu compte que je perdais de la puissance dans mes coups durant les combats. 

«Une de mes forces est de pouvoir boxer avec un haut niveau d’énergie durant 12 rounds. Pour ce qui est du gabarit des boxeurs super-moyens, ça ne me dérange pas. J’ai toujours été le plus petit de ma catégorie.»