/misc
Navigation

QAnon et la présidentielle

Coup d'oeil sur cet article

La campagne électorale 2020 ressemble à peu d’autres avant elle. Polarisation, menace de piratage, crise économique, manifestations raciales et pandémie suffiraient à justifier l’ajout du qualificatif historique à ce qui se déroulera le 3 novembre prochain.

Presque toutes les grandes publications américaines s’inquiétaient cette semaine de la présence d’une dizaine de candidats républicains qui s’affichent désormais comme des soldats de QAnon. Les conspirationnistes du web, encouragés par la victoire de Donald Trump en 2016, risquent bien de faire leur entrée au Congrès américain.

Un ami à la Maison-Blanche

QAnon est considéré par le FBI comme une menace terroriste potentielle. Les membres de ce regroupement se chargent de relayer les théories du complot les plus folles. Lorsque vous entendez parler d’un État profond contre Donald Trump, il y a fort à parier que la rumeur émane du groupe. Influent au-delà de la frontière, on en retrouve des adeptes au Québec.

D’abord confiné aux zones sombres du web, QAnon n’a jamais été aussi proche des cercles du pouvoir. Si les dirigeants du Parti républicain refusent de s’associer ouvertement au groupe, ils ne font rien pour limiter la progression des candidats conspirationnistes. Lorsque les sondages sont mauvais, on s’accroche à tous les espoirs et on ne fait pas la fine bouche.

L’influence des extrêmes

Si la polarisation qui divise les États-Unis a commencé au début des années 1990 (Bill Clinton est confronté au Speaker républicain de la chambre Newt Gingrich), cette polarisation atteint maintenant son paroxysme. 

Si je déplorais cette semaine l’influence du mouvement Woke au sein de l’équipe éditoriale du New York Times et de l’aile plus progressiste du Parti démocrate, je m’inquiète de l’allégeance de plusieurs candidats à des thèses conspirationnistes.

Alors que le pays traverse une période de turbulence, des mouvements entraînent les formations politiques vers les extrêmes. Pendant ce temps, la majorité silencieuse espère qu’on propose des solutions sensées à des problèmes bien concrets.