/misc
Navigation

Donald Trump et les Blancs des banlieues

Donald Trump et les Blancs des banlieues
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pour combler l’écart de plus en plus important qui le sépare du candidat démocrate dans les récents sondages, le président mène la charge là où il a devancé Hillary Clinton par une faible marge en 2016: les banlieues blanches.

Il me semble plutôt évident que s’il souhaite obtenir un second mandat, Donald Trump ne peut espérer renverser la vapeur auprès des minorités. Hispanophones et Noirs soutiennent Joe Biden de manière écrasante et il ne servirait à rien de gaspiller argent et temps auprès de ces deux clientèles électorales.

Si vous considérez également que l’électorat féminin se tournera une fois de plus du côté démocrate, les républicains seront contraints d'étirer un électorat blanc, particulièrement dans les banlieues. Dans certains États, c’est cet électorat qui explique la victoire surprise de 2016. Petit problème à l’horizon, cependant: un récent sondage indique que Joe Biden jouit là aussi d’une solide avance de 25 points.

Quel est le plan d’attaque pour regagner la faveur de cet électorat crucial? Reprendre une stratégie dont le président ne se lasse pas: instiller la peur et rassurer en déployant un arsenal de mesures pour protéger les «belles banlieues américaines» en proie aux attaques des manifestants de tout acabit. Élire un président démocrate équivaudrait à encourager le chaos.

Ce qu’on souligne moins dans cet appel à la protection des banlieues, c’est que plusieurs des mesures proposées encouragent la ségrégation raciale. Selon Donald Trump, élire Joe Biden équivaut à ramener des politiques de l’ère Obama qui visaient à favoriser l’accès à la propriété de la communauté noire. 

L’approche du président n’est en rien subtile et elle nous ramène au moins 60 ans en arrière. Les Blancs sont menacés par la fin de la ségrégation. Un vote pour Trump devient un vote pour préserver le tissu social.

Les stratèges de la campagne républicaine qui endossent cette stratégie auraient tout intérêt à poursuivre leurs recherches et à fouiller les raisons qui expliquent pourquoi les banlieues blanches abandonnent maintenant leur candidat.

Pourquoi voter Biden plutôt que Trump, cette fois? Compétence et question raciale. L’ancien vice-président est perçu comme plus apte à lutter contre la COVID-19 et comme plus habile pour atténuer les tensions raciales.

Donald Trump n’a pas son pareil pour créer des slogans accrocheurs et des images fortes qui marquent les électeurs, mais il semble que son attitude face à la propagation de la COVID-19 constitue maintenant son talon d'Achille. Aucun de ses slogans n’a d'effet sur ce point et je m’explique mal son entêtement à répéter que le virus disparaîtra de lui-même. 

Ses conseillers parviendront-ils à le convaincre de changer son discours en prévision du dernier sprint de la campagne? Il ne lui reste qu’un peu plus de trois mois pour espérer de bonnes nouvelles, alors que le nombre de cas augmente et que la population est inquiète.