/news/currentevents
Navigation

Le corps de Martin Carpentier retrouvé: la mère n’aura jamais de réponse à la question «pourquoi?»

Coup d'oeil sur cet article

Le corps de Martin Carpentier été retrouvé près de Saint-Apollinaire lundi soir, quelques heures après les funérailles des petites Norah et Romy Carpentier, retrouvées sans vie le 11 juillet dernier.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Mort de Norah et Romy: Martin Carpentier retrouvé

• À lire aussi: Martin Carpentier retrouvé: «Le monsieur était trop paniqué. Pour moi, il avait trouvé le corps»

• À lire aussi: [EN IMAGES] Vibrant au revoir à Norah et Romy

Cette découverte met fin à une cavale de 12 jours pour retrouver le principal suspect dans la mort tragique des fillettes de 6 et 11 ans. 

«Mes pensées vont d’abord à la mère que j’ai prise dans mes bras cet après-midi», a lancé d’emblée le sénateur Pierre-Hughes Boisvenu en entrevue à LCN, présent aux funérailles des fillettes célébrées lundi à Lévis.

  • Écoutez l'entrevue de la DG de l'association des familles de personnes assassinées ou disparues avec Caroline St-Hilaire à QUB Radio:

Photo Jean-François Desgagnés

«Ça va être très important de l’entourer et j’espère qu’à ce niveau-là, l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD) jouera un rôle très important pour lui apporter du support», poursuit celui qui a lui-même perdu sa fille, assassinée en 2002. 

«Un parent qui perd un enfant dans les circonstances se dit toujours: "qu’est-ce que j’aurais pu faire pour que ça n’arrive pas?" (...) Cette femme porte présentement sur ses épaules une douleur inimaginable», ajoute celui qui a offert son soutien à Amélie Lemieux, mère des petites Norah et Romy.

Photo Simon Clark

L’importance de la communauté

Pierre-Hughes Boisvenu, qui a déjà vécu cette peine immense par le passé, croit que l’entourage de Mme Lemieux aura un rôle de premier plan.

«Cette mère-là a aimé ses enfants, ils sont encore là dans une autre dimension et maintenant, c’est à la communauté à jouer son rôle, soit la supporter, mais malheureusement, elle n’aura jamais de réponses aux questions qu’elle se pose... "Pourquoi?"», explique M. Boisvenu.

«Chacun des 8 millions de Québécois doit prendre une parcelle de la peine de Mme Lemieux et faire en sorte qu’elle soit la sienne».