/news/politics
Navigation

L’organisme WE Charity est endetté jusqu’au cou

Coup d'oeil sur cet article

L’organisme proche de la famille Trudeau qui a obtenu un contrat millionnaire du gouvernement fédéral en pleine pandémie doit plus de 11 M$ à la banque.

• À lire aussi: Un «pseudo scandale éthique» selon une députée libérale

• À lire aussi: WE Charity: lobbying illégal?

• À lire aussi: Bourses étudiantes: Aucune concurrence pour l’organisme WE Charity

L’état de ses finances est si inquiétant que le gouvernement fédéral aurait dû y penser à deux fois avant de lui confier des fonds publics, d’après Charity Intelligence, une organisation qui étudie les finances de plus de 750 organismes de bienfaisance à travers le pays.

Pour sa directrice, Kate Brehan, le portrait financier de WE Charity n’inspire pas confiance, en particulier sa dette et ses liens avec les compagnies de ses fondateurs, les frères Kielburger.

« Si quelqu’un à Ottawa avait fait ses devoirs, il aurait vu ça et aurait posé des questions », dit-elle en pointant le rapport financier non consolidé de WE Charity pour l’année 2018-2019, terminée le 31 août dernier.

Mme Brehan souligne que la dette de l’organisme date d’avant la pandémie de COVID-19 qui a obligé la suspension des fameuses journées WE, soutenues par d’importants donateurs corporatifs, dont Telus et Unilever.

Les dons des enfants

Charity Intelligence suit les finances de WE Charity depuis 2011. 

Au fil des ans, l’équipe de Mme Brehan a reçu un nombre croissant de questions de la part de donateurs et de parents dont les enfants ont été invités, à l’école, à lever des fonds pour l’organisme ou à payer pour aller construire des écoles à l’étranger.

Le téléphone de Mme Brehan a commencé à sonner quand, en 2012, Craig Kielburger, accompagné de Justin Trudeau et Al Gore, entre autres, a appelé les écoliers canadiens à confier leurs tirelires à WE Charity pour sauver le monde. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

En un an, plus de 3000 écoles ont rassemblé 1,4 M$ pour aider les enfants pauvres.

Mais, depuis, l’argent versé par WE Charity à ME to WE, l’« entreprise sociale » des frères Kielburger, une société à but lucratif, a lui aussi augmenté. L’organisme de bienfaisance a versé quelque 10 M$ à l’entreprise privée, note Charity Intelligence.

Empire immobilier

En parallèle, l’organisme de bienfaisance a investi massivement dans l’immobilier. 

La valeur des immeubles et des terrains détenus par WE Charity au Canada pour l’année 2019 était de 43,7 M$, d’après l’Agence du revenu du Canada.

WE Charity est maintenant au centre d’une tempête politique, incluant une enquête du commissaire à l’éthique visant le premier ministre, Justin Trudeau, et le ministre des Finances, Bill Morneau, qui ont tous deux des liens familiaux avec l’organisme.

Dans la tourmente, WE Charity a lancé une vaste restructuration et une analyse de sa gouvernance.