/opinion/blogs/columnists
Navigation

Sourire derrière le masque

Coup d'oeil sur cet article

À ceux qui s’opposent à l’obligation de porter un masque dans les lieux publics fermés : vous n’avez aucune considération pour autrui. Porter un masque, c’est protéger les autres et j’ose espérer qu’on puisse le faire avec le sourire.

Depuis samedi, les 50 000 Québécois qui ont signé la pétition contre le port du masque obligatoire, comme tous les autres, doivent se couvrir la bouche et le nez pour fréquenter des lieux tels que l’épicerie, les cinémas et les restaurants.

Le plus beau sourire que vous pouvez faire à quelqu’un en temps de pandémie, c’est de porter un masque. Tout comme quand quelqu’un me sourit, lorsque je vois une personne qui arbore un couvre-visage, elle m’envoie le signal qu’elle a à cœur le bien-être des gens qui l’entourent.

Si vous n’avez pas compris l’importance de vous munir de cette protection et que vous pensez être privés de liberté, sachez que ce bout de tissu protège la vie de nos concitoyens.

Besoin de bienveillance

En ces temps incertains, nous avons plus que jamais besoin de faire preuve d’altruisme. Avec la nouvelle réglementation qui nous oblige à nous couvrir le visage, nous serons privés en public de ce lubrifiant social qu’est le sourire pour les prochains mois, voire les prochaines années.

Je nous souhaite d’user de notre créativité pour témoigner aux autres notre bienveillance. En pandémie, c’est nécessaire.

Dire merci aux commis, complimenter la caissière sur son bon travail, laisser passer quelqu’un avant nous dans la file : ce sont des actions qui ont les mêmes effets qu’une expression rieuse. Elles ont la capacité de réduire le stress et de calmer l’anxiété collective.

Je porte le masque avec le sourire, parce que je sais que c’est nécessaire pour sauver des vies.

Si vous rechignez à poser ce geste solidaire, peut-être auriez-vous besoin de revenir à cette valeur de base : le respect de tout un chacun. 


♦ Madeleine Pilote-Côté est diplômée de l’École nationale de l’humour. Elle a remporté notre compétition Les novices, visant à faire connaître à nos lecteurs de nouveaux chroniqueurs d’opinions.