/sports/opinion/columnists
Navigation

C’est mieux, mais...

Coup d'oeil sur cet article

Peut-on dire que la performance de l’Impact face au Toronto FC jeudi dernier était meilleure que sa précédente ? Que ce match était plus abouti que celui contre le Révolution de la Nouvelle-Angleterre en début de tournoi ?

J’aurais tendance à dire oui... mais cette position est difficile à justifier quand une équipe perd et accorde quatre buts à l’adversaire. 

En fait, dans le match contre le TFC, l’Impact aura été meilleur au point de vue offensif. Tout au long de la rencontre, le 11 montréalais est resté dangereux et a été en mesure de bien faire circuler le ballon dans le territoire adverse.

Romell Quioto y a été pour beaucoup dans cette amélioration montréalaise. L’ailier hondurien semblait motivé au possible et a donné des maux de tête aux défenseurs de la Ville Reine.

Je souligne le travail de Quioto, mais j’aurais pu nommer tous les joueurs qui ont participé aux deux matchs jusqu’ici. Il est indéniable que tout le monde a amélioré sa performance d’une rencontre à l’autre.

Ça, c’est pour le côté offensif du match. D’un point de vue défensif, c’est tout le contraire. Ça explique d’ailleurs le score final de 4 à 3.

Deux façons de faire

Même si l’Impact a accordé quatre buts, le TFC ne peut se pavaner. Il a aussi été atroce défensivement, peut-être même pire que le Bleu-blanc-noir.

Jeudi, le nombre d’échappées et de duels un contre un devant la surface de réparation a été ahurissant. Ce match a mis en évidence l’incapacité de plusieurs à gérer des situations défensives.

À titre d’exemple, je prends le quatrième but du TFC. Ayo Akinola a bousculé Jukka Raitala, qui s’est effondré naïvement pour laisser filer le jeune attaquant.

À l’inverse, dans une situation similaire quelques minutes avant, Rod Fanni avait réussi à s’engager physiquement et à empêcher les Rouges de menacer. Deux joueurs, deux façons d’aborder une même situation, deux talents différents pour résoudre le problème auquel ces joueurs ont fait face.

Surprise

Ce n’est qu’un match, mais Emanuel Maciel m’a agréablement surpris contre Toronto. L’Argentin a montré qu’il peut être calme et confiant sur le terrain. Il ne sera peut-être pas le plus spectaculaire des joueurs, mais son intelligence de jeu est évidente.

Quand un joueur est originaire d’une de ces grandes nations de soccer, je m’attends d’habitude à ce qu’il arrive sur le terrain avec une culture et une agilité qui lui permettent de réussir « les petites choses », les détails qui peuvent faire pencher la balance en faveur des siens. 

S’il continue comme ça, Maciel deviendra une option intéressante pour Thierry Henry au milieu de terrain. Son jeu permettra plus de flexibilité tactique et permettra d’utiliser Victor Wanyama à différentes positions, préférablement plus haut sur le terrain, vers le filet adverse.

Est-ce que Maciel sera encore sur le terrain ce soir face au DC United ? Mon petit doigt me dit que oui et c’est tant mieux.