/news/currentevents
Navigation

Des bijoux subtilisés chez deux prêteurs sur gages de Montréal

Le voleur non masqué risque de se faire mettre la main au collet rapidement

Coup d'oeil sur cet article

Un homme qui aurait dérobé des bijoux d’une valeur de 2000 $ chez deux prêteurs sur gages de Montréal risque de se faire mettre la main au collet rapidement, car il a été filmé, sans masque, par des caméras de surveillance.

L’homme à qui un masque a été remis a été capté sur les caméras de surveillance des deux commerces de prêts sur gages.
Capture d'écran
L’homme à qui un masque a été remis a été capté sur les caméras de surveillance des deux commerces de prêts sur gages.

« Ce qui est cocasse, c’est qu’il n’avait pas de masque quand il est entré. Nous lui en avons généreusement remis un. Lorsqu’il est entré dans le deuxième commerce, il ne s’est pas fait prendre, il en portait un », lance Marc O’Brien, directeur de la chaîne Comptant.com.

Les événements qu’il décrit sont survenus lundi après-midi dans deux magasins de la même bannière, situés à une douzaine de kilomètres d’écart, le premier sur le boulevard Langelier, à Montréal-Nord, et l’autre sur le boulevard Saint-Jean-Baptiste, à Pointe-aux-Trembles.

Une chaîne et un bracelet d’une valeur totale de 2000 $ ont été dérobés.

Capture d'écran

Robert Tessier, fondateur de Comptant.com, affirme quant à lui que le suspect a utilisé le même stratagème à deux reprises.

« Il a demandé à voir des bijoux gardés dans une vitrine. Lorsque nous les avons sortis, il s’en est emparé et il a pris la fuite en courant, explique-t-il.

Surveillance vidéo 

Heureusement, les deux incidents ont été captés par des caméras de surveillance.

Et le suspect risque de se faire épingler rapidement, vu la collaboration qui règne entre les entrepreneurs dans le domaine.

« Nous avons un réseau de commerces à qui nous pouvons envoyer des photos et des vidéos pour identifier ce genre d’individus. Une bijouterie nous a déjà rappelés pour nous dire qu’ils avaient un possible match », souligne M. O’Brien.

Le nom du voleur allégué a d’ailleurs été transmis à l’enquêteur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) responsable du dossier. Le SPVM n’avait procédé à aucune arrestation en lien avec cette affaire au moment de mettre sous presse, mardi.

La PCU en cause ?

Marc O’Brien avoue que la chaîne de magasins n’a pas connu d’incident du genre depuis le début de l’année. Il croit que la pandémie y est pour quelque chose.

« On suspecte qu’avec la PCU [la Prestation canadienne d’urgence], les gens avaient plus de liquidités, donc ils avaient moins besoin de commettre ce genre de méfaits », analyse-t-il.

M. O’Brien suppose que la fin des aides gouvernementales dans les mois à venir pourrait causer une recrudescence des vols à l’étalage. « Ça arrive généralement dans des périodes où les gens sont plus en difficulté », remarque-t-il.