/news/coronavirus
Navigation

Respect des consignes: il faut fréquemment rappeler les règlements, disent des responsables de camping

Coup d'oeil sur cet article

Des responsables de terrains de camping au Saguenay–Lac-Saint-Jean soutiennent qu’ils doivent constamment rappeler à leur clientèle les directives de la santé publique.

«La COVID existe encore même en camping», a fait savoir Michel Galarneau, directeur du camping Belley, qui se trouve à Saint-Henri-de-Taillon.

Lundi, Québec a annoncé qu'il y aurait plus d'inspections dans les campings, principalement pour s'assurer du port du masque. De son côté, M. Galarneau comprend cette mise en garde.

«On savait qu’on s’enlignait vers ça, a-t-il expliqué. On était prêts à avoir des inspections.»

Depuis l’ouverture du site, il le constate: il faut fréquemment rappeler les règlements. «Quand les gens rentrent sur le camping, ils se pensent dans une bulle de verre, à l’abri [de la] COVID», a-t-il confié, en entrevue à TVA Nouvelles.

Mathieu Brassard, directeur du Camping Jonquière, fait le même constat. «Les gens, quand ils entrent sur un terrain de camping, c’est une autre ambiance. Il faut rappeler souvent les règlements», a-t-il précisé.

Employé au camping Belley, Samuel Vaillancourt intervient à plusieurs reprises. «Je dois en moyenne faire des interventions 60 fois par jour, a-t-il confié. Les gens collaborent, mais ils sont en vacances et oublient rapidement les règles de distanciation.»

Plages, feux, retrouvailles, soupers de famille: ces endroits sont en effet propices aux rassemblements.

«Le camping, c’est un endroit festif, a souligné Michel Galarneau. Les adultes sont sur des terrains collés ensemble. Ils se rencontrent année après année. C’est toujours la même gang. Ils veulent souvent souper ensemble et il faut les séparer.»

Les campeurs oublient vite aussi le port du masque... Surtout les citoyens de la région. «On est éloigné en région, on a beaucoup de campeurs qui viennent de Montréal pendant les vacances de la construction, et ces gens-là sont déjà conscientisés», a souligné le directeur du camping Belley.

«Les gens avec qui j’ai le plus de misère, c’est les locaux, parce que, nous autres, au Lac-Saint-Jean, on se dit: "nous n’avons pas de cas!" Mais là, les gens se mélangent, et il faut faire attention tout de même», a-t-il ajouté.

«Il faut faire attention, si on ne veut pas que la saison de camping soit écourtée», a poursuivi Samuel Vaillancourt.

«Le petit plus que le gouvernement nous demande, on va le faire. Le but, c’est toujours le même: c’est que la saison de camping ne soit pas écourtée, que la prochaine soit meilleure», a fait savoir de son côté Mathieu Brassard.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres