/sports/fighting
Navigation

«The Bubble», une prison dorée

Rien n’a été laissé au hasard par Top Rank dans l’organisation de ses galas à huis clos

US-LAS-VEGAS-REMAINS-CLOSED-AS-MEMORIAL-DAY-WEEKEND-APPROACHES-A
Photo d’archives L’hôtel MGM Grand de Las Vegas est une véritable forteresse durant la pandémie.

Coup d'oeil sur cet article

Au cours de leur carrière, Kim Clavel, Danielle Bouchard et Stéphan Larouche ont vécu plusieurs situations particulières. Toutefois, rien ne se compare à leur séjour dans la bulle mise en place par Top Rank à l’hôtel MGM Grand de Las Vegas.

Les plans de « The Bubble » ont permis de convaincre les autorités de la sécurité publique du Nevada. Hier, Top Rank a présenté son 13e gala de boxe depuis le 9 juin. 

Grâce à Stéphan Larouche et Danielle Bouchard, Le Journal de Montréal a pu faire une incursion dans cette forteresse consacrée à la boxe. 

« C’est un peu comme une prison dorée, a expliqué Larouche. On se sent comme au moment du confinement à Montréal, mais à Las Vegas. On dit souvent entre nous que ce voyage est “Vegas by the window’’. »

Depuis qu’ils ont mis les pieds dans la ville du vice, les trois Québécois n’ont pas vu la célèbre « Strip » et n’ont pas pu se promener dans le casino de l’hôtel. Tout ce qu’ils ont vu, c’est leur chambre, la salle des repas, la salle d’entraînement et la salle de la pesée. 

« Notre grosse sortie, c’est d’aller manger à la salle de repas, a ajouté Larouche en riant. Encore là, tout est organisé au quart de tour. 

« On ne peut pas être plus que quatre autour d’une grande table où l’on peut être dix durant les mariages. Si je veux un café, ils me donnent mon sachet de sucre et mon gobelet de lait. Tout est prévu pour que tu ne touches à rien. »

Combats sécuritaires

Un étage complet de l’hôtel est réservé aux participants du gala et il est surveillé par des gardiens de sécurité 24 heures sur 24. Un ascenseur privé est utilisé par les participants. Chaque déplacement doit être autorisé par les gardiens, qui se parlent entre eux avec des radios. 

Le service aux chambres ? Pas autorisé. Les ménages quotidiens des chambres ? Pas possible. 

Au cours des dernières semaines, la santé publique du Québec n’a pas voulu déconfiner les sports de combat en raison du risque élevé de propagation du virus.

Kim Clavel et ses deux entraîneurs ont dû se soumettre à trois tests dans un délai de dix jours pour ce duel contre Natalie Gonzalez. 

« Je comprends les craintes de la santé publique au sujet des combats, a souligné Larouche. Par contre, s’il y a un test positif ici, le duel est annulé et le boxeur est sorti de la bulle pour éviter une éclosion. 

« Avec trois tests, les risques de voir un boxeur attraper la COVID-19 dans un duel sont très peu élevés. »

Pour et contre

Cette expérience a des avantages, mais aussi des inconvénients. Par exemple, Clavel a toujours l’habitude de faire un peu de course à pied dans les rues autour de son hôtel. Elle n’a pas eu le droit de le faire cette fois-ci.

« Ce fut une petite déception pour elle, a souligné Danielle Bouchard. En contrepartie, la bulle permet une préparation mentale maximale pour le combat. 

« On ne peut pas demander mieux. Penser au combat, c’est la seule chose qu’elle peut faire. Il n’y a pas de distraction. »

Pour le reste, les installations pour les athlètes sont de premier plan. Les boxeurs du coin rouge et ceux du bleu ont chacun leur gymnase dans l’hôtel avec tous les équipements nécessaires et un horaire précis. Les salles sont désinfectées après chaque séance. 

Est-ce qu’il serait possible d’avoir une bulle comme celle de Top Rank au Québec ?

« Ce n’est pas impossible, mais ça prendrait beaucoup de personnel qualifié, a souligné Larouche. Ça ne pourrait pas être le show d’une seule personne. »

Les règles de « The Bubble »

  • 1 test dans les 7 jours avant le départ à Las Vegas
  • 1 test à l’arrivée au MGM Grand
  • 1 test après la pesée
  • Chaque participant qui quitte la bulle doit se faire tester à nouveau s’il souhaite y revenir
  • Le port du masque est obligatoire dans toutes les aires communes
  • Aucun contact avec le public qui fréquente le casino ou l’hôtel durant le séjour
  • Chaque boxeur a droit à la présence de : 
  • 1 entraîneur à la pesée
  • 2 entraîneurs pendant le combat
  • 1 cutman pour le combat qui est déterminé au hasard