/news/currentevents
Navigation

Photos fatales trop près de l’eau

L’adolescente de 15 ans qui s’est noyée dans la rivière Yamaska lundi ne savait malheureusement pas nager

noyade st-hyacinthe
Photo courtoisie Cynthia Wilson

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE | Une adolescente de 15 ans qui ne savait pas nager a péri dans la rivière Yamaska, lundi soir, après avoir possiblement chuté lors d’une séance photo avec une amie.

• À lire aussi: Il se noie pour un bateau téléguidé

• À lire aussi: Déjà au moins 55 noyades cette année au Québec

« Elle ne savait pas nager. On a mal... C’est vraiment dur », a laissé tomber hier Solange Cayi, une amie de la famille de Cynthia Wilson, alors qu’elle tenait compagnie à la mère de cette dernière, encore très ébranlée par le drame.

Des proches de Cynthia Wilson se sont recueillis, hier, près du barrage où elle s’est noyée la veille, à Saint-Hyacinthe.
Photo Jonathan Tremblay
Des proches de Cynthia Wilson se sont recueillis, hier, près du barrage où elle s’est noyée la veille, à Saint-Hyacinthe.

La veille, sa fille de 15 ans jouait avec une jeune voisine de 11 ans, résidant sur l’impasse Eugène-Tremblay, à Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

Ensemble, les deux copines se seraient rendues sans avertir leurs parents aux abords de la rivière Yamaska, à la hauteur du barrage Penman’s, à environ 1,5 km de leurs domiciles.

Il s’agit d’un endroit prisé pour la prise de photos et la pêche, a pu constater Le Journal, hier.

Une fois sur place, les ados se sont adonnées à une séance de photos et de selfies — autoportraits — avec le cellulaire de la cadette.

Sandale à l’eau

Vers 18 h 30, l’ado de 15 ans aurait échappé une sandale à l’eau.

Elle aurait « tout fait » pour la récupérer, et aurait possiblement chuté en glissant sur une roche, a rapporté Thierry Sobze, un ami de la famille au fait de la séquence des événements.

La jeune fille de 11 ans qui a été témoin de toute la scène aurait raconté qu’à un certain moment, seul le sac à dos de Cynthia Wilson tourbillonnait à la surface de la rivière.

« Elle n’a pas mesuré l’ampleur du risque de ce geste qui s’est avéré fatal, s’est désolé M. Sobze. Si elle avait su nager, peut-être aurait-elle pu se débattre, si elle avait toujours connaissance. »

noyade st-hyacinthe
Photo courtoisie

Recherches dans le noir

Le corps inanimé de l’adolescente a finalement a été retrouvé tard en soirée, vers 23 h, non loin de l’endroit où elle était tombée.

Cela a nécessité un long et difficile travail de recherche, effectué en partie dans la noirceur, par les pompiers de Saint-Hyacinthe--- et la Sûreté du Québec (SQ).

« En tout, 16 pompiers ont été dépêchés sur les lieux, dont 10 de notre brigade d’intervention nautique, a précisé hier Brigitte Massé, porte-parole de la Ville de Saint-Hyacinthe. La rivière a très peu de débit, sauf à cet endroit. Ce n’est pas un endroit propice à la baignade. »

Hier, la noyade de l’adolescente a causé une commotion au sein de la petite communauté du secteur. Plusieurs résidents sont passés pour offrir leurs condoléances à sa mère, qui a quatre autres enfants.

« C’était une petite fille avec beaucoup d’énergie. Elle aimait sortir », a témoigné Thierry Sobze.

« C’était une fille très respectueuse, très calme. Elle avait la joie de vivre », a renchéri en pleurs Solange Cayi, qui se considérait comme une tante pour la défunte.

« Sa maman est inconsolable, a quant à lui témoigné son oncle, Justin Mbamboute, sur les ondes de LCN. Quand nous sommes allés voir le corps de Cynthia, elle était vraiment abattue. »

« Allergique à l’eau »

Ce dernier s’explique mal ce qui a pu attirer l’adolescente près du cours d’eau.

« Elle est allergique à l’eau, même à l’eau de piscine. Elle n’aime pas l’eau. Je ne sais pas ce qui a pu se passer, a illustré l’oncle endeuillé. C’est un drame terrible. »

- Avec Cédérick Caron et l’Agence QMI  

  • La SQ enquête pour déterminer le fil des événements.