/news/transports
Navigation

Transport aérien régional: à la recherche d'une solution à long terme

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que le comité d'urgence mis sur pied par Québec afin de trouver une solution durable pour le transport aérien régional poursuit son travail, trois groupes différents s'activent et élaborent leurs propres projets, sans qu'aucun ne semble privilégié pour l'instant. 

• À lire aussi: Il veut reproduire le succès aérien de Tremblant partout au Québec

• À lire aussi: Un entrepreneur propose de réformer le transport aérien régional

Il y a d'abord le transporteur privé Pascan qui promet de desservir huit destinations de l'Est-du-Québec à compter du 17 août avec des correspondances à Québec et Montréal, mais tout n'est pas encore attaché.

Il y a aussi la coopérative TREQ que veulent mettre sur pied des gens d'affaires de Mont-Tremblant et du Saguenay, mais ils demandent plusieurs millions de dollars aux gouvernements pour acheter des avions.

Enfin, il y a le projet Régionair initié par la régie intermunicipale qui gère l'aéroport régional de Mont-Joli. Ce projet serait contrôlé par un regroupement de municipalités qui sous-traiterait des services aériens auprès de compagnies existantes.

«Ce qu'on veut faire, c'est que chacune des régions se questionne et détermine ses propres besoins, puis qu'ensemble, on monte tous les horaires et à quoi ça va ressembler. C'est pas notre projet, ce sera le projet de tout le monde, de toutes les régions, mais nous, on voulait s'assurer que l'idée fasse partie des réflexions du gouvernement», a expliqué le président de l'Aéroport régional de Mont-Joli, Bruno Paradis.

Pendant ce temps, le groupe d'intervention d'urgence mis sur pied par le ministre des Transports le 9 juillet dernier, afin de trouver des solutions à long terme pour le transport aérien régional, s'est réuni une première fois.

Les membres de ce groupe, comme l'Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités, devront soumettre leurs propositions et leurs visions d'ici les premiers jours du mois d'août. Le ministre, lui, s'est engagé à choisir le meilleur modèle d'ici la fin de l'année.

Jonathan Lapierre, qui représente la FQM et qui est maire des Îles-de-la-Madeleine, souhaite que Québec prenne son temps afin de trouver une solution à long terme.

«On n'a pas des années devant nous, mais on a certainement quelques mois pour bien planifier et pour s'assurer que la solution qui va être priorisée par le gouvernement du Québec, en concertation avec les différents partenaires, soit la bonne», a soutenu Jonathan Lapierre.

Rappelons qu'Air Canada a annoncé le 30 juin dernier qu'elle cessait définitivement de desservir plusieurs destinations au Québec, dont Mont-Joli, Baie-Comeau et Gaspé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.