/sports/others
Navigation

Traversée internationale du lac Saint-Jean: une édition en 2021 ?

Traversée internationale du lac Saint-Jean: une édition en 2021 ?
Le Journal de Qu�bec

Coup d'oeil sur cet article

ROBERVAL – Y aura-t-il une Traversée du lac Saint-Jean l'an prochain? Le maire de Roberval, Sabin Côté, planche déjà sur le dossier.

«Les préoccupations sont vers l'édition 2021, a-t-il affirmé jeudi en entrevue à TVA Nouvelles. Notre inquiétude lorgne vers l'édition 2021. On a hâte de voir le positionnement de la Fédération internationale de natation (FINA) et de toute l'accréditation internationale.»

Dans le contexte pandémique, la provenance des athlètes à la Traversée soulève des questions. «Comment ça va aller au niveau des vols internationaux, s'est demandé le maire Côté. Il y a beaucoup de nageurs en eau libre qui sont de l'Amérique latine. Ça, c'est un peu plus complexe.»

Ce qui ferait vraiment mal, c'est de n'avoir aucun événement, ni Traversée, ni Souper dans les rues, ni spectacles pendant deux ans.

«Deux ans, pas de festivités pour Roberval, ce serait très difficile, a fait savoir le premier magistrat. Mais pour d'autres municipalités également. C'est ce qui crée la dynamique au Québec, le circuit des festivités.»

Selon le maire de Roberval, «l'annulation des spectacles donne un coup au niveau budgétaire. Si malheureusement pour 2021, c'est encore complexe, il va falloir qu'il y ait des argents qui soient réinjectés pour réussir à maintenir nos actifs».

Heureusement pour la Traversée, des commanditaires comme Loto-Québec et la Ville de Roberval ont maintenu leur soutien financier en 2020.

Le maire Sabin Côté sonnera l'alarme lors d'une rencontre virtuelle avec le leader en Chambre du gouvernement du Canada, Pablo Rodriguez. «Qu'est-ce que le fédéral va proposer en soutien à toute la dynamique des finances? C'est du patrimoine. C'est du tourisme. C'est aussi ça le patrimoine qu'on a dans notre réalité», a-t-il dit.

Une absence de deux années pourrait être très néfaste, aussi, pour tous les festivals de la région. «Ça va prendre du support parce que financièrement, des festivités sont en situation de précarité», évalue M. Côté.

L'attachement de la population envers la Traversée va certainement l'aider, mais ce ne sera peut-être pas le cas pour d'autres événements, notamment au niveau des commanditaires.

«Deux ans, ça peut créer une précarité qui est assez préoccupante, a dit le maire. Il y a des gens qui ne seront plus au rendez-vous parce qu'il n'y aura tout simplement plus d'événement. On a bon espoir qu'on va rester dans le coeur des gens, mais il y a peut-être des événements qui sont plus précaires qui ne passeront pas au travers.»