/sports/racing
Navigation

«La tenue du GP n’était pas envisageable» – Valérie Plante

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse de Montréal s’est dite profondément déçue de l’annulation du Grand Prix du Canada, quoique, dit-elle, c’était la bonne décision à prendre.

« Nous reconnaissons l’importance de cet événement, notamment pour les retombées économiques et médiatiques qu’il génère et la notoriété qu’il apporte à la métropole, au Québec et au pays », a-t-elle affirmé dans un courriel adressé au Journal.

« Différents scénarios ont été évalués, a-t-elle poursuivi. Malgré la bonne volonté de l’ensemble des parties à trouver des solutions, il est devenu évident que, dans le contexte sanitaire actuel, l’ampleur des défis logistiques et l’absence de retombées économiques, la tenue du Grand Prix du Canada en 2020 n’était pas envisageable.

“Nous continuons à travailler avec les organisateurs en vue du Grand Prix du Canada l’an prochain.”

bonnes discussions

Le président-directeur général de Tourisme Montréal a tenu un discours semblable lorsque nous l’avons joint.

“De bonnes discussions ont été menées entre les divers intervenants, a dit Yves Lalumière, mais avec les frontières qui risquent de rester fermées, c’était difficile de rentabiliser l’événement. 

‘Plusieurs variables n’étaient pas favorables et les retombées économiques n’étaient pas les mêmes. Mais ce n’est que partie remise.’