/news/provincial
Navigation

Le bureau de projet du tramway a déjà dépensé 53,5 M$

La Ville de Québec a actualisé les coûts et réduit considérablement sa réserve pour les imprévus

Coup d'oeil sur cet article

Le bureau de projet du futur tramway, à Québec, a dépensé à ce jour plus de 53 M$ pour la planification et la conception du projet. 

Le montant de 53,5 M$ apparaît noir sur blanc dans un document que la Ville de Québec a transmis au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), vendredi après-midi, en réponse aux 42 questions additionnelles soumises par les commissaires du BAPE.

La somme de 53,5 M$ a fort probablement été puisée dans l’enveloppe de 215 M$ pour les travaux préparatoires, octroyée par le gouvernement Couillard en 2018 lors de l’annonce du projet évalué à 3,3 G$. Le gouvernement Legault avait ensuite allongé une somme additionnelle de 419 M$, en février dernier.

Curieusement, en mars, le maire Régis Labeaume avait annoncé qu’une somme de 65 M$ avait déjà été dépensée depuis deux ans pour le projet de tramway, un montant supérieur aux 53,5 M$ dévoilés vendredi.

La réserve pour imprévus a fondu

Avec les récentes modifications au projet, la provision pour risques, contingences et inflation a été réduite de façon importante, a-t-on également appris vendredi. En décembre 2019, le maire se targuait de pouvoir compter sur une réserve de 712 M$ pour les imprévus. Cette somme a fondu, passant désormais à 591 M$, ce qui représente 20 % de l’enveloppe totale comparativement à 27 %.

En décortiquant le tableau soumis au BAPE, on découvre une réduction importante du montant anticipé pour l’inflation, lequel passe de 231 M$ à 152,5 M$.

La Ville dit avoir raffiné le montant des prévisions « en suivant les bonnes pratiques » et en fonction de « l’avancement de la conception du projet et de la précision des estimés de coûts ». L’estimation du coût du viaduc Mendel a également été dévoilée. Cette infrastructure est évaluée à 44,4 M$.

Interconnexion avec Lévis

Les réponses de la Ville de Québec au sujet de l’interconnexion avec Lévis sont par ailleurs intrigantes puisqu’on évoque la mise en place de « mesures prioritaires au transport en commun » dans le secteur de la tête des ponts afin d’améliorer le temps de parcours entre les deux rives. Le document ne précise pas s’il pourrait s’agir, par exemple, d’une voie réservée sur le pont de Québec.

La Ville a également défendu son choix pour l’implantation de son garage principal et d’un terminus dans le secteur Le Gendre, peu densifié à l’heure actuelle. L’administration Labeaume prévoit l’arrivée éventuelle de près de 7000 résidents et jusqu’à 2000 emplois dans cette zone. Le choix de Le Gendre permettra également d’« intercepter » une bonne partie des déplacements provenant de l’ouest, plaide-t-on.

Quant à l’absence de lien direct avec les gares ferroviaires et l’aéroport, la Ville affirme que les obstacles techniques sont nombreux pour le tramway. Elle évoque la présence de forts dénivelés et un tracé trop long (vers l’aéroport) qui aurait allongé le temps de déplacement, « rendant la ligne peu attractive ».

Sommes dépensées pour le projet de tramway  

En date du 19 juillet 2020

  • 24,3 M$ (Honoraires professionnels et services techniques)  
  • 13,3 M$ (Rémunération)  
  • 12,4 M$ (Réseaux techniques urbains : Hydro, Bell, Vidéotron, etc.)  
  • 1,5 M$ (Logiciels, licences et équipements informatiques)  
  • 724 000 $ (Communications)  
  • 622 000 $ (Gestion du projet, frais d’intérêt et équipement de bureau)  
  • 604 000 $ (Loyer)  

GRAND TOTAL : 53,5 M$ 

* Note: Les chiffres ont été arrondis