/opinion/columnists
Navigation

Michel L’Hébreux garde espoir

Coup d'oeil sur cet article

Avec la sortie de son septième ouvrage sur le pont de Québec, Michel L’Hébreux souhaitait qu’une solution ait enfin émergé pour préserver cet ouvrage emblématique de la région de Québec.

Pas une journée ne passe dans la vie de Michel L’Hébreux sans que quelqu’un l’interpelle à propos du pont de Québec. « Je vais faire mon épicerie et je me fais aborder trois ou quatre fois : “Quand est-ce qu’ils peinturent le pont ?” Je réponds tout le temps que je prends des noms, s’ils veulent me donner le leur », raconte-t-il en riant.

La passion pour le pont de Québec de cet ancien directeur remonte à sa plus tendre enfance. Son oncle William, qui s’était rendu sur les lieux de l’effondrement en 1907, lui avait montré des rivets recueillis sur le site. Il possédait aussi un livre sur le pont que M. L’Hébreux a feuilleté, enfant, des centaines de fois. 

Lorsqu’il est devenu enseignant, puis directeur d’école, M. L’Hébreux s’est fait un devoir de faire connaître l’infrastructure et son histoire aux enfants. Puis, il a publié son premier livre sur le sujet en 1986. 

« J’ai la prétention de penser que la publication de ce livre a permis à beaucoup de monde de réaliser l’importance du pont de Québec », dit-il. Il rappelle que l’année suivante, le pont a été désigné Monument historique international par les sociétés canadienne et américaine des ingénieurs civils. 

Au sortir de cette cérémonie, M. L’Hébreux et d’autres, dont Sam Hamad, ont décidé de fonder le Comité pour la sauvegarde et la mise en valeur du pont de Québec, qui a duré jusqu’en 2005.

Rapport attendu

M. L’Hébreux se dit par conséquent très déçu de voir que le sort du pont n’est toujours pas scellé. Il a bien hâte de voir le rapport d’Yvon Charest, mandaté par les libéraux l’an dernier pour mener des négociations et effectuer ses recommandations. La possibilité que le pont soit racheté par le fédéral a été évoquée, avant qu’une nouvelle étude d’impact économique sur l’importance du pont de Québec ne soit commandée. 

M. L’Hébreux ose croire que l’appel d’offres lancé par le gouvernement du Québec la semaine dernière pour refaire le tablier du pont signifie qu’on a bien l’intention de le conserver.