/news/transports
Navigation

Tramway: la Ville de Québec a remis un dossier d’affaires incomplet et périmé au BAPE

Coup d'oeil sur cet article

C’est un document en grande partie périmé qui comprend encore le réseau de trambus et deux tunnels que l’administration Labeaume a tenté de garder secret, mais que le BAPE a rendu public jeudi. 

• À lire aussi: Tramway: la Ville dit non à l’imposition d’une redevance

• À lire aussi: Le BAPE s’interroge sur les coûts du tramway

La Ville de Québec et le bureau de projet du réseau structurant ont demandé au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) de garder secret le dossier d’affaires du projet de tramway. Ils ont fait plusieurs représentations à cette fin, affirmant que ce document contenait des informations sensibles.

  • Écoutez l'entrevue du chroniqueur Claude Villeneuve avec Caroline St-Hilaire à QUB Radio:

Or, le dossier qui a été déposé jeudi sur le site internet du BAPE est largement périmé. Il comporte un document principal de 181 pages et plus de 1000 pages d’annexes. Mais il présente le réseau tel qu’il était en décembre 2019. Depuis, de nombreux changements ont été apportés, qui modifient fortement la portée du projet ainsi que la distribution des coûts.

«Manque de respect»

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, a qualifié ce document de « manque total de respect envers la commission ». Il ne comporte selon lui rien qui pourrait nuire au processus d’appel d’offres. « Ça fait en sorte que le processus est complètement bâclé. [...] Le maire manque de sérieux. »

La Ville assure qu’il s’agit de la dernière version à jour et celle qui a été transmise au gouvernement. « Compte tenu du changement de portée annoncé en juin 2020, un travail important de mise à jour du dossier d’affaires est en cours », a indiqué le porte-parole David O’Brien. Une version actualisée sera transmise au début 2021. 

La portée a changé : fini le trambus  

Photo courtoisie

Le projet a changé de visage complètement en juin dernier, alors que le bureau de projet a annoncé le retrait de la portion de 15 km de trambus qui devait circuler en voies dédiées. Cette infrastructure coûtait évidemment plus cher que les métrobus qu’on a choisi d’implanter à la place dans l’axe Charest. Or, le document présente le projet avec le trambus, ce qui rend toute analyse des coûts du projet actuel impossible. 

Liens mécaniques, stations et terminus ExpoCité  

Photo Jean-François Desgagnés

Plusieurs composantes du projet ont disparu, mais se retrouvent quand même dans la version déposée au BAPE. C’est le cas des deux liens mécaniques entre la haute et la basse ville, de deux stations (route de l’Église et Grand Théâtre) et du terminus ExpoCité (ici, une vue du site d’ExpoCité).  

Un tunnel de moins  

Photo courtoisie

Dans la foulée de l’abandon du choix du Phare comme emplacement du pôle d’échanges ouest, la Ville a annoncé le retrait du tunnel de 900 mètres qui devait être creusé à Sainte-Foy. Il ne reste qu’un tunnel de 2,6 km (dans la version longue). Le dossier d’affaires en mentionne deux portions de 3,5 km au total.

Chiffres différents pour les acquisitions  

Les montants à payer pour les acquisitions de terrains ainsi que le nombre de lots à acheter ne sont pas à jour. On parlait de 512 acquisitions, dont 335 aux fins du tramway, 171 pour le trambus et six pour l’aménagement d’infrastructures dédiées. Tout cela totalisait 127,6 millions $. Maintenant, on dénombre 37 acquisitions totales et 315 acquisitions, seulement pour le tramway, sans en chiffrer le coût.   

Les coûts complètement chambardés  

Illustration courtoisie

Le document ne tient pas compte de la nouvelle répartition des coûts, qui s’applique maintenant avec le retrait du trambus. Les coûts de la portion tramway ont en effet explosé. Ils ont bondi de 700 millions $ au cours des derniers mois. Pour cette seule infrastructure, ils sont passés de 2,3 à 3,1 milliards $, couvrant la quasi-totalité de l’enveloppe de 3,3 milliards $ consentie pour le projet. Notons que la Ville a largué le trambus pour réduire les coûts et demeurer dans cette enveloppe. 

La disparition du pôle au Phare  

Illustration courtoisie

La carte présentée dans le dossier d’affaires présente toujours le tracé qui bifurque vers le Phare. Or, le pôle d’échanges de Sainte-Foy n’est plus situé sous le complexe immobilier du Groupe Dallaire (image), mais bien plus à l’est, près de la route de l’Église. 

Une nouvelle desserte de la périphérie 

Le portrait présenté dans le dossier d’affaires ne prend pas en considération la nouvelle desserte de périphérie qui, selon la Ville, va apporter 3,2 millions de déplacements de plus par année dans le réseau de transport de Québec. 

Exit le centre d’entretien secondaire 

Le président du RTC Rémy Normand lors d’une présentation en décembre 2019.
Photo d'archives, Agence QMI
Le président du RTC Rémy Normand lors d’une présentation en décembre 2019.

Alors qu’on mentionne deux centres d’entretien, la Ville a annoncé il y a quelques semaines l’abandon du centre d’entretien secondaire qui devait être construit dans le secteur de la 41e Rue. On ne conservera que le centre principal, sur la rue Mendel, à Sainte-Foy.