/weekend
Navigation

Gai, gai l’écolier?

WE 0725 En mode lecture
Photo courtoisie Né sous une bonne étoile
Aurélie Valognes
Aux Éditions Mazarine
342 pages

Coup d'oeil sur cet article

Très différent de ce qu’on a l’habitude de lire, un roman léger et sympathique qui décrit assez bien ce que ça fait, de ne pas être compris et encouragé à l’école.  

Le seul inconvénient de ce roman, c’est qu’il nous oblige à sauter les vacances d’été pour passer directement à la fin août, lorsque les classes reprennent. Comme il a maintenant six ans, Gustave Aubert va ainsi commencer son CP (l’équivalent de la première année du primaire) et bientôt découvrir à ses dépens qu’aller à l’école, ce n’est pas toujours drôle. 

Plutôt du genre rêveur, il sera très difficile pour lui de rester longtemps concentré pendant les cours ; et contrairement à sa sœur aînée, qui n’a presque pas besoin d’étudier pour briller dans n’importe quelle matière, il devra constamment mettre les bouchées doubles dans le vain espoir d’obtenir quelques notes passables. Comble de l’horreur, son professeur titulaire lui reprochera même d’être lent...

Sortir la tête de l’eau

Le système scolaire n’ayant pas été conçu pour soutenir à long terme les élèves en difficulté, Gustave entendra souvent ses instituteurs le traiter de cancre ou de fainéant. Ce qui, au fil des ans, finira fatalement par attaquer son estime de soi. Mais grâce à sa famille, qui a toujours eu foi en lui, il parviendra malgré tout à entrer au collège (l’équivalent du secondaire). Un petit miracle qui ne fera qu’ajouter une bonne dose de stress à sa vie. Car peu importe ses efforts, Gustave continuera à ne récolter que des mauvaises notes. Du moins jusqu’à ce qu’une professeure différente des autres se donne la peine de l’écouter vraiment et de l’aider.

Léger et sans grande prétention littéraire, un roman plein d’humanité qui redonnera courage à bien des parents. 

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Somb

Max Monnehay<br/>
aux Éditions du Seuil<br/>
304 pages
Photo courtoisie
Max Monnehay
aux Éditions du Seuil
304 pages

Victor Caranne va chaque jour travailler dans la prison qui se trouve sur l’île de Ré. Étant psychologue, il est payé pour écouter tout ce que les détenus veulent bien lui dire et souvent, ce qu’il entend n’est pas joli-joli. Mais comparé à ce qu’il devra bientôt affronter pour découvrir l’identité de celui qui a massacré sa maîtresse, ce ne sera rien. Un bon petit polar à se mettre sous la dent pendant les vacances. 

Rajeunir un jour à la fois

Miranda Esmonde-White<br/>
aux Éditions Guy Saint-Jean<br/>
416 pages
Photo courtoisie
Miranda Esmonde-White
aux Éditions Guy Saint-Jean
416 pages

Il ne faut pas se le cacher, prendre de l’âge n’est pas toujours facile pour tout le monde. Une petite douleur ici, une autre par là et hop, même marcher devient pénible ! Dans certains cas, il y a cependant moyen de renverser la vapeur. Ce livre nous explique comment grâce à un programme de 30 jours dont chaque exercice, conçu pour apporter force et souplesse, est clairement illustré. 

En attendant le jour

Michael Connelly<br/>
aux Éditions Le livre de poche<br/>
480 pages
Photo courtoisie
Michael Connelly
aux Éditions Le livre de poche
480 pages

Tel qu’on le disait plus haut, c’est avec ce livre que Michael Connelly a introduit le personnage de Renée Ballard, une brillante inspectrice qui a jadis brillé à la division des Vols et Homicides. Mais à cause de la plainte pour harcèlement sexuel qu’elle a déposée contre son ancien chef, elle travaille désormais de nuit au commissariat d’Hollywood. Une affectation qu’elle finira par aimer en enquêtant en douce sur les affaires qui l’intéressent.

Bouddha bowls & autres plats inratables rien que pour moi !

Collectif<br/>
aux Éditions Larousse<br/>
208 pages
Photo courtoisie
Collectif
aux Éditions Larousse
208 pages

Même si le titre laisse supposer le contraire, presque toutes les recettes de bouddha bowls proposées dans cet ouvrage ont été conçues pour deux ou quatre personnes. Et toutes se composent d’un tiers de protéines (poissons, lentilles, tofu, volaille ou viande rouge) et de deux tiers de légumes. Un précieux allié pour cuisiner santé vite fait, bien fait.  

Frissons garantis 

Nuit sombre et sacrée<br/>
Michael Connelly<br/>
Aux Éditions Calmann-Lévy<br/>
468 pages
Photo courtoisie
Nuit sombre et sacrée
Michael Connelly
Aux Éditions Calmann-Lévy
468 pages

Nuit sombre et sacrée

Inutile de présenter Harry Bosch, le héros fétiche de Michael Connelly. Comme on peut en suivre les enquêtes depuis près de 30 ans, de nombreux lecteurs savent déjà qu’il a longtemps été l’un des meilleurs inspecteurs de Los Angeles et qu’après avoir atteint l’âge de la retraite, il est devenu officier de réserve au San Fernando Police Department. Une façon comme une autre de pouvoir légalement continuer à résoudre des meurtres. Et celui qui l’obsédera dans ce 24e opus a été perpétré neuf ans plus tôt. 

Quand deux cerveaux valent mieux qu’un

En 2009, le corps de Daisy Clayton, une jeune fugueuse de 15 ans, a été retrouvé dans une benne à ordures des environs de Cahuenga Boulevard. Une affaire sordide non résolue qui obligera Bosch à aller faire un petit tour de nuit au commissariat de la division d’Hollywood. Soit justement là où travaille l’inspectrice Renée Ballard, dont on a pu faire la connaissance l’an dernier dans En attendant le jour.  

Tel qu’on peut le lire sur le bandeau placé en frontispice, leur rencontre sera exceptionnelle. Car aussi tenaces l’un que l’autre, ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre la main sur l’assassin de Daisy... et nous inciter à tourner les pages à toute vitesse !