/investigations/truth
Navigation

Les ventes dans la restauration et les bars ont diminué

GEN-RESTEZ-OUVERTS
Photo Agence QMI, Joël Lemay La pandémie a considérablement affecté les revenus dans le secteur de la restauration au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


Les chiffres de la semaine : -56,4% 

C’est le pourcentage de diminution des ventes dans le secteur de la restauration et des bars au Québec en mai, par rapport à la même période l’an dernier, selon Statistique Canada.

La pandémie de COVID-19 a entraîné de nombreuses fermetures temporaires et définitives de commerces et le secteur de la restauration et des bars a été particulièrement touché.

Dans l’ensemble du Canada, la baisse est un peu moins sévère qu’au Québec, à près de 50 %, parce que certains bars et restaurants ont pu recommencer à opérer en mai dans d’autres provinces.

Au Québec, les restaurants ont pu continuer les commandes pour emporter et la livraison pendant la pandémie, mais la réouverture des salles à manger ne s’est faite qu’à partir de la mi-juin. Les bars, eux, ont dû attendre à la fin juin. 

Il faudra donc attendre encore un peu avant de connaître l’effet de la réouverture sur ce secteur de l’économie.

Les chiffres de la semaine : 6,75 M$ 

C’est la somme allouée à ce jour au Québec pour couvrir les frais de quarantaine de travailleurs étrangers temporaires qui arrivent dans la province.

Toute personne qui se rend au Canada doit s’isoler pendant 14 jours en raison de la pandémie de coronavirus. Pour aider les employeurs, le gouvernement fédéral a mis en place un programme d’aide de 50 M$ qui rembourse les coûts associés à cette quarantaine obligatoire, comme l’hébergement et le transport.

Un montant s’élevant jusqu’à 1500 $ peut être versé par travailleur étranger œuvrant dans les secteurs de l’agriculture, la pêche ou la transformation et production des aliments.

Les montants versés en date du 17 juillet dans le cadre de ce programme s’élèvent à 19,62 M$ au pays, selon les données d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. L’Ontario accapare près de la moitié de ce montant (8,22 M$), suivi du Québec.   

On comptait plus de 14 600 travailleurs agricoles étrangers dans la province en 2018, selon Statistique Canada.

– Sarah Daoust-Braun